Kilt mains libres

A plat ventre sur son lit, le menton appuyé dans ses paumes, Scribe agite ses pieds, le regard perdu au-delà du fond du miroir. Des images défilent derrière ses rétines. Les rêves empruntent beaucoup à la réalité. Tu te retrouves ensuite à tenter de comprendre ce mixage façon Lynch. Et encore, si tu te réveilles avec les bribes du rêve qui se raccrochent à toi. Lâche-moi, bordel !

Scribe est donc allongée façon Uma Thurman dans Pulp Fiction, sans Tarantino mais avec boxer et soutien-gorge. FoL lui avait souri avant de serrer le caoutchouc autour de son bras. « Bien sûr que je sais m’y prendre. N’aie crainte ! »Elle s’était demandé s’il se droguait et fut tenter de lui réclamer quelques petites pilules miracle mais non. L’aiguille était entrée dans sa veine tout en douceur. Elle l’avait regardée s’enfoncer et aspirer son sang. « Voilà ! »
FoL avait rangé le tube dans une poche de son blue-jean délavé et ils étaient partis déambuler dans les rues de Paris. Assis à une terrasse de bistrot, ils avaient refait le monde en sirotant une bière. Quand elle avait commencé à taper sur son djembé, il lui avait pris la main et l’avait guidée sur sa cuisse, enveloppée dans sa paume. « Détends-toi ! Oui… Comme ça… » Le rythme avait été si facile à reproduire… Devant eux défilaient le bagad de Lann-Bihoué. Ils jouaient l’hymne écossais sur lequel elle avait dansé, gamine. Les cornemuses expiraient leurs notes, Scribe pleurait, les tripes serrées, parcourue de violents frissons. Si FoL remarqua son trouble, il ne dit rien. En fait, il avait disparu avec ABBA sans qu’elle s’en aperçoive.
Devant elle s’avançaient les marins et leurs pompons, la bouche vissée autour de l’embout de leurs sutels, leurs doigts s’agitant sur les levriads. Au milieu de la couleur marine apparut un très bel homme qu’elle reconnut aussitôt. Il portait un kilt bleu turquoise de femme et une chemise à jabot. « Tu devrais éviter de te promener dans les rues dans cette tenue, chaman. » L’Homme à la lampe l’entraîna dans une église, toute proche, son joli cul nu frémissait déjà sous le tissu.
A l’intérieur de l’édifice, Elvis et Leann Rimes, debout dans le chœur chantaient a capella Amazing Grace. Amazing Grace, how sweet the sound, That saved a wretch like me. I once was lost but now am found, Was blind, but now I see.

Photographie de Stefan De Lay

Le matelas tangua sous le poids de Dam. Il vint se placer tout contre elle pour lui murmurer à l’oreille « Je n’en ai pas fini avec toi. Au contraire. » Scribe cilla des yeux et plongea son regard dans le sien, sa bouche s’approcha de la sienne et dans un souffle, leurs lèvres se frôlaient de façon indécente, lui répondit : « Moi non plus. Mais ce jour-là, j’aimerais que tu me le dises les yeux dans les yeux. Nous le méritons bien, non ? A moins que ce ne soit moi qui parle en premier. »

Pas de commentaires

Poster un commentaire