Le fiancé de la lune d’Eric Genetet

Eric Genetet est journaliste à la radio et à la télévision. Il vit à Strasbourg depuis vingt ans. Le fiancé de la lune est son premier roman.

En 2027, Zac se retrouve dans une chambre d’hôtel. Comme lui, cinq cent personnes ont fait le voyage sur la Lune. Pour Zac, être là est une évidence : il a rendez-vous avec ses souvenirs d’enfance. Avant son départ, son père lui a confié une boîte. Dedans, il va découvrir sa vie.

Arno Reyes a quarante ans, il est singe indépendant depuis plus de quinze. Il parcourt la planète pour aller couper des branches au Caire ou lessiver les vitres de buildings new yorkais. Il a vaguement envie d’écrire. « *Le bonheur est un rendez-vous quotidien avec soi-même » serait le début de son texte.

Arno n’a pas de meilleur ami, « *n’est attaché à personne, à aucun passé, à aucun désir d’avenir ». Il voyage léger. « *Un jean, une veste de costume noire, trois caleçons neufs, quatre paires de chaussettes, un jeu de cinquante-deux cartes, un carnet de notes, un sweat à capuche, cinq tee-shirts, un Opinel numéro 10, un baladeur MP3, un téléphone portable, un passeport, deux livres… »

Un soir où il dîne chez Jean, Arno flashe sur Gianina.

« *Une attraction, un grand huit. Visage pâle, perruque rose, comme Scarlett Johansson dans Lost in Translation. Elle avait un petit air de famille avec Anna Karina dans Pierrot le Fou. Sa voix, son déhanchement, son détachement. Elle était la beauté du ciel. Mon cinéma. »

Arno Reyes n’oubliera jamais Gianina Mantegazza. Et Gianina va le surnommer Calvero, du nom du clown dans Les feux de la rampe de Chaplin.

D’échanges de SMS en mails, Arno et Gianina vont s’aimer d’un amour passion.

« *Elle : Je suis l’échelle des fleurs, des heures et des couleurs. Niveau de force et de faiblesse maximum. Perte de conscience… Doux réveil à vous.
Moi : Attendez-moi entre les vagues.
Elle : Déluge dans ma ville. J’aimerais être dans vos bras.
Moi : J’arrive comme le temps passe.
Elle : Je danse nue au milieu du salon.
Moi : Je sens des vieilles bouffées de bonheur. Comme ça par séquence. Sous le déluge avec vous je rêve. J’en rêve.
Elle : Je suis allongée par terre avec mon chien, on écoute Brel : La chanson des vieux amants, ma préférée. Il ne manque que vous… Oh mon amour, mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour… »

Gianina, la chanteuse de 27 ans offrira le plus grand rôle de sa vie à Arno. Mais voilà, la passion n’est pas éternelle. Ce n’est pas tant le quotidien qui se charge de le rappeler à Arno même s’il tente de le fuir à un certain moment, mais tout simplement la vie. « *Ce soir-là, nous avons fait l’amour, comme si c’était la dernière fois, avec des larmes dans les yeux et des cris de désespoir. »

Eric Genetet a une écriture d’aujourd’hui pour décrire une histoire d’amour intemporelle qui pourrait se résumer par la phrase fétiche du père d’Arno : « Va au bout de tes rêves. »
Le fiancé de la lune est un magnifique roman d’amour. Bluffant.

*Extraits du Fiancé de la lune, Eric Genetet

Le fiancé de la lune, Eric Genetet, Editions Héloïse d’Ormesson 124 pages 15 €

Pas de commentaires

Poster un commentaire