Le pays sauvage de Loizeau est une merveille !

Photographie de Jean-Baptiste Mondino

Photographie de Jean-Baptiste Mondino

Revenue grandie de l’autre bout du monde, Emily Loizeau nous invite à la suivre dans son Pays sauvage. Avec ce nouvel album, cette artiste franco-anglaise démontre qu’on peut créer de fort jolies choses en s’entourant de personnes qu’on admire. Encore faut-il avoir le talent qui permet aux univers de chacun de se marier les uns avec les autres sans qu’aucun ne termine écrasé, ce qui est incontestablement le cas ici.

Parsemées élégamment de sons pris dans la nature (des rires ou des chants d’enfants, des bruits de la vie courante, des bêlements de chèvres, des chants d’oiseaux, bien sûr, et d’autres bruits sensoriels) par une Elodie Maillot au mieux de son forme, les chansons  s’enroulent autour de nous et le Pays sauvage s’ouvre sous nos yeux.

Place aux petits bijoux que j’apprécie tout particulièrement :
Fais battre ton tambour gospel chanté avec les Moriarty
La femme à barbe chantée en compagnie de Jeanne Cherhal, Olivia Ruiz et Nina Morato : « Je suis la femme à barbe celle qui pisse dans ton caniveau Moi la femme à barbe est ce que tu veux de moi dans ton beau métro ? »
The Princess and the Toad où Thomas Fersen joue le rôle du crapaud, les Moriarty tenant les choeurs
Ma maison où les envolées vocales d’Emily se mêlent au chœur des Moriarty
Tell me that you don’t cry duo avec David-Ivar Herman Dune
Dis-moi que tu ne pleures pas (version miroir du titre précédent) duo avec Danyel Waro
In our dreams chantée avec David-Ivar Herman Dune et Jocelyn West
Et puis, Sister, Coconut Madam, La dernière pluie, Ma maison, Pays Sauvage, Songes (la seule chanson de cet album où le piano s’entend vraiment), Le cœur d’un géant et la dernière chanson écrite pour Emily Loizeau par Jean-Loup Dabidie sur le thème de la messagère de l’Orfeo de Monteverdi, La photographie.

Vous l’aurez compris, j’aime toutes ses chansons ! Pays Sauvage, un grand cru Emily Loizeau !

Webisode délirant sur l’enregistrement de Fais battre ton tambour

A noter : la pochette a été imaginée par Jean-Baptiste Mondino et le negro spiritual a été commandé à Emily par Pef alias Pierre-François Martin-Laval (les Robins des Bois) pour un film.

Pays Sauvage, Emily Loizeau, Polydor

En concert
Alhambra du 4 au 6 mars
Olympia le 8 décembre

Site officiel d’Emily Loizeau 

Myspace Emily Loizeau

 

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire