CHATTAM. La promesse des ténèbres

Des affiches publicitaires l’annoncent : « Vous voulez le pire ? Vous l’aurez ! ». Le dernier roman de Maxime Chattam est paru. Son titre : La promesse des ténèbres.

Traduit dans le monde entier, Maxim Chattam est apparu en 2003 sous le pseudonyme de Maxim Williams. Cette année-là, il reçoit le prix du Roman Fantastic’Arts du Festival de Gérardmer. Après avoir publié plusieurs thrillers chez Michel Lafon, il est aujourd’hui chez Albin Michel. Auteur prolifique, il fait partie de cette génération d’écrivains français influencés par la culture américaine et qui le revendiquent.

L’histoire :
New York.
Brady O’Donnel est journaliste. Il vit avec la jolie Annabel, flic à Brooklyn. Alors qu’il commence à trouver que son couple s’enlise, son ami milliardaire lui propose d’enquêter sur une jeune hardeuse, la très belle Ruby.
Tout d’abord hésitant, Brady visionne une vidéo de Ruby parue sur son site. Chamboulé parce que qu’il a vu, il aimerait comprendre et décide de rencontrer Ruby. Mais la jeune femme se tire une balle dans la tête devant lui. Brady s’enfuit. Annabel reçoit l’ordre d’enquêter sur ce suicide. Son co-équipier est persuadé qu’il s’agit d’un meurtre.
Commence alors pour tous, une course-poursuite contre la vérité et surtout, une descente parmi les ténèbres. Et les pires qui soient : celles créées par l’Homme.

Avis :
Pour une première fois, j’avoue avoir été impressionnée. Oui, je l’avoue, je n’avais jamais lu Chattam. Mais ce n’est pas parce que l’auteur m’a émue par son histoire que je ne serai pas critique.
En premier lieu, je me demande s’il ne faudrait pas indiquer sur la quatrième de couverture que ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. Certaines scènes décrites dans le roman pourraient perturber des adolescents fragiles, par exemple.
Ensuite, je dirais que Maxime Chattam est un malin. Sous des aspects qui apparaissent faciles et inéluctables, il réussit quand même à surprendre le lecteur averti. Comment un homme peut-il avoir de telles idées ? Tout simplement en étant écrivain. Il peut alors faire sauter tous les verrous.
Au-delà de l’histoire « banale » (un couple qui prend l’eau, deux enquêtes parallèles dans le milieu du hard et de la perversion où le crime et la sexualité sont intimement mêlées…) Maxime Chattam oblige le lecteur à se regarder en face : nous sommes tous des Hommes et donc, nous sommes tous potentiellement capables du pire.
Lecteur, accroche-toi à chaque détail, même s’il te paraît insignifiant. « *La fin sera abrupte. Violente. » Et surtout, imprévisible. « Il y a des choses que l’homme préfère ignorer de lui-même s’il ne veut pas bannir tous les miroirs du monde. » Cette citation de Stein Harden débute La promesse des ténèbres. Chiche !

 

La promesse des ténèbres, Maxime Chattam, Albin Michel 450 pages 22 €

*Extrait de La promesse des ténèbres, Maxime Chattam

2 Commentaires
  • Magelor

    juin 3, 2016 at 9:50 Répondre

    Qui est ce Stein Harden ? Je ne trouve pas d’info sur lui.

  • Cali Rise

    juillet 8, 2016 at 7:58 Répondre

    Dans ce cas, rapprochez-vous de Maxime Chattam…

Poster un commentaire