LIO est de retour ! Avec PHANTOM !

Oui enfin, sur la pochette de l’album (voir tout en bas de l’article), c’est le contraire : Phantom feat. Lio.

Quand on m’a prévenue, je n’y croyais pas. Que je parle de Lio, vous n’y croyez pas non plus. Pincez-vous ! Ça fait mal ? Si vous répondez non, recommencez ! Ou demandez à votre voisin ou voisine. Bon, ça suffit les gamineries, soyons sérieux ! Impossible avec Lio ? C’que vous êtes mauvaise langue ! Quoique. Si vous vous fiez au vidéo clip de Je ne veux que ton bien…. Faites-moi plaisir, dépassez-le !

 Clip Je ne veux que ton bien

Phantom feat. Lio, c’est d’abord un album sans titre (ça doit faire partie du concept !) qui est annoncé comme le retour de la belle brune qui ne compte pas pour des prunes (je reconnais, elle était facile celle-là) à ses premières amours : « la pop-song indie truffée de rock et d’effets louches ».

En vrai, Lio a surtout retrouvé son parolier fétiche et surtout pygmalion, Jacques Duval, qui lui a fait connaître la gloire en lui écrivant des tubes comme Le Banana Split, La petite amazone, Fallait pas commencer, Les brunes comptent pas pour des prunes.

Il faut dire que Jacques Duval a le don d’écrire des chansons ambiguës voire très sensuelles (genre La fièvre est dans le sang, Souris puisque c’est grave pour Alain Chamfort, Passent les nuages pour Marc Lavoine, pour ne citer qu’elles).

Phantom feat. Lio est aussi annoncé comme le dernier album de Lio. J’en vois déjà qui respirent mieux. Oui, c’est vrai, Lio a toujours cette voix nasillarde et entre nous, prétendre que l’album « honore l’éternelle jeune fille » (cf. le topo sur la page Myspace) faut quand même pas déconner ! Une éternelle jeune fille qui est mère de 6 enfants dont la plus âgée est née en 1987, hein ? Bon.

MAIS. Ben oui, y a un mais. Mais, mademoiselle Lio (remarquable actrice pour ceux qui auraient loupé ces apparitions cinématographiques), avec son tout petit filet de voix plus qu’agaçant quand elle grimpe dans les aigus, sait captiver son auditoire même sans exhiber sa poitrine ou ses longues jambes. Tentez de l’apercevoir en écoutant son album et vous me donnerez des nouvelles !

OUI, vous avez bien lu, je suis en train d’avouer (sans que personne ne m’ait torturée. Sans que personne ne m’ait payée) que j’ai apprécié certains titres, surtout ceux où Lio laisse entendre une voix grave et surprenante (« Noir violet ») ou lorsque les textes collent à l’idée que l’on se fait de l’artiste (« La veille de ma naissance » : Je suis un peu énervante Je suis un peu trop vivante Je suis un peu imbibée Je suis un peu série b C’est comme ça que je suis Et à ma connaissance je suis comme ça depuis la veille de ma naissance ; « Tout le monde m’aime ») ou imitent à s’y tromper l’univers à la Gainsbourg (« La fidélité »).

Lio sait aussi émouvoir avec des chansons telles que Le long de la voix ferrée, L’amour ne m’a jamais manqué  – très belles ballades.

Quant à Tout le monde m’aime (psychédélique) ou Je ne veux que ton bien, ils se laissent écouter, histoire de sourire en entendant les « gros mots » qui s’y sont glissés. Ta cervelle est en grève mais ta grande gueule fait des heures sup’ rappellerait Les brunes comptent pas pour des prunes et Je ne suis pas encore prête une chanson des années 60 remixée. Seule la chanson écrite par Patrick Eudeline (« Lipgloss ») détonne jusqu’à ce que, finalement, même chantée ainsi elle, trouve sa place dans ce bien bel ensemble, ma foi.

 

Phantom feat. Lio,  Freaksville Discograph
Sortie le 12 octobre 2009

En concert le samedi 26 septembre au Trois Baudets

Myspace Phantom feat. Lio

1Commentaire
  • Victor

    septembre 24, 2009 at 1:53 Répondre

    J’adore Lio, je l’ai toujours aimée, du plus loin qu’il m’en souvienne.
    C’est donc une excellente nouvelle ce retour.

Poster un commentaire