La grande évasion de Mickaël, c’est miCkey[3d]

Il y a eu le titre écologique qui a sorti Mickaël Furnon et son groupe de l’anonymat et puis la chanson J‘ai demandé à la lune donnée à Indochine et puis l’envie du Stéphanois d’aller voir ailleurs s’il y était.

Aujourd’hui, MiCkey [3D] s’orthographie miCkey[3d]. Paraît que c’est plus le même groupe mais que c’est toujours la même histoire. En tout cas, c’est toujours aussi chiant à taper au clavier ! Mais alors, mais alors, qu’est-ce que c’est bon à entendre !
14 titres pour une grande évasion, c’est peu et c’est beaucoup.
Peu parce qu’on en réclame encore quand la dernière note s’éteint.
Beaucoup parce que les chansons sont plus compliquées qu’elles ne le laissent entendre.

« Y a des paroles qui tuent
Des refrains qui remuent
Y a du bruit dans la rue » (Méfie-toi l’escargot)

Vidéo clip Méfie-toi l’escargot

miCkey[3d], c’est cela : des paroles qui tuent et des refrains qui remuent sur des perles mélodiques. On fonce ! Grande évasion garantie !

« J’mettrai les gens dans les avions
Si y a plus d’places dans les prisons
Et ceux qui dorment dans des cartons
J’les ferai passer pour des bouffons
Des fainéants qui veulent pas bosser
Qui méritent même pas d’exister
Et comme je suis intelligent
Vous verrez même pas que j’suis méchant. » (Playmobil) Si les paroles vous rappellent quelqu’un, c’est voulu.

« Alexandre Webber, la file de mes rêves
La seule qui réveille mon cœur quand le jour se lève
Toutes celles qu’on a trouvées sans tête et sans bras
Après, elles deviennent des anges et je les vois » (Je m’appelle Joseph) Une chanson hommage au roman très noir de R.J. Ellory, A Quiet belief in Angels –  l’histoire du narrateur, Joseph Vaughan, écrivain à succès, qui vient de tuer un tueur en série – avec la participation de Marie Epinat.

« J’voudrais qu’on réfléchisse avant de me démonter… là je dis
J’crois pas qu’les hommes soient faits pour l’exclusivité… là je dis
Cette histoire de mariage vous a bien arrangés
On vous en fait voir, mais dieu vous a vengés
Faudrait bien faire attention fais bien gaffe où tu vas… elle me dit
Changer de position juste avant les dégâts… elle me dit
T’est peut-être un connard, mais moi j’te trouve gentil
J’aimerais bien te voir, ailleurs que dans un lit » (L’homme qui prenait sa femme pour une plante) Magnifique duo avec Cécile Hercule.

« La fille du cannibale a une vie un peu spéciale
Elle collectionne des globules blancs
Qu’elle a coulés dans du ciment
La fille du cannibale a mis du beurre dans sa Tefal
Elle découpe des morceaux de viande qu’elle prépare comme une offrande
Il arrive qu’elle invite des hommes mais ce n’est pas elle qui les consomme
Si tu crois qu’c’est facile de faire face
Et de faire disparaître les traces
La fille du cannibale a des soirées un peu brutales
On dirait de la chasse à courre
Elle n’a jamais connu l’amour » (La fille du cannibale)

« Explique-moi, comment tu fais pour rester là
Comment tu fais pour ne pas parler
Comment tu fais pour juste regarder
Voir les jours passer sous la neige ne pas trembler
J n’sais pas si tu le sais, mais
Tous les oiseaux se sont taillés » (L’arbre du petit chemin) Ecologie attitude…

« Paris t’es belle, la tour Eiffel, tu fais bander les japonais
Paris Texas, c’est dégueulasse, et puis c’est loin, c’est dans l’espace
Paris football, c’est rock’n’roll, à l’étoile rouge, Paris ça bouge
Paris tu penses à la violence, Paris tu danses, c’est les vacances » (Paris t’es belle)

La grande évasion, miCkey[3d], EMI Music

Site officiel miCkey[3d]

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire