"));

Langues de pute

Des trainées de brouillard voilaient encore les prairies, là-bas, au loin. Plus près, le rouge bordeaux cernait le feuillage des forsythias. Les bouleaux étaient devenus jaune. Ici, le soleil était plus vif qu’à Paris. L’air aussi. Scribe souriait en repensant aux remarques malicieuses de cet écrivain. Mercredi, elle l’avait retrouvé sous la statue de Danton. Quelques minutes plus tard, une amie à lui les avait rejoints. Ils avaient marché dans les rues jusqu’à dénicher un restaurant provençal.

- Je continue à croire que tu as un nom. Tu devrais le signifier aux éditeurs.
Scribe s’était retenue de lui répondre que la plupart des éditeurs ne savaient même pas comment fonctionnait Internet et que pour eux, tout ce qui figurait sur la Toile était simplement méprisable et inexistant.
- Tu sais, Scribe écrit bien… Si, tu écris bien.
Il s’en était suivi une conversation sur la façon d’écrire des uns et des autres. Lui était méthodique, les filles beaucoup plus brouillonnes. Quand il avait conseillé à Scribe de songer à écrire une fin d’histoire positive, différente de celle à laquelle elle songeait, elle avait souri, étonnée. Plus tard, la jeune femme avait quelque peu douté. Zieux bleus l’avait recadrée.

Zieux bleus l’avait rejointe en soirée, dans sa chambre, à l’hôtel. Tous les deux avaient ri de son chic pour dénicher toujours des hôtels incroyables. Celui-ci était très parisien. Voire cosy. Un peu trop rose au goût de Scribe.
Son compagnon avait sorti des canettes de bière en fer blanc de son sac. Il avait ri quand la belle lui avait expliqué qu’elle ne savait pas boire à ces bidules en ferraille. Galant, il s’était relevé pour aller lui déballer un gobelet dans la salle de bain, l’avait rempli du liquide ambré et mousseux et lui avait tendu. La bière était fraîche et sucrée. Assis cuisse contre cuisse, sur le bord du lit, ils avaient parlé. Comme ça. De tout, de rien.
- Tu vois Dam ?
- Ce n’est pas encore certain. Et je t’interdis de te moquer !
Leurs rires avaient éclaté entre les murs, rebondissant sur les deux fenêtres qui regardaient chacune une rue différente. Est-ce Scribe qui l’avait embrassé en premier ? Leurs gestes étaient devenus sensuels et voraces.
- J’ai rêvé de ton cul et de ta chatte toute la journée.
- J’aime.
Ils avaient fait l’amour avant de sortir dîner dans un restaurant italien. Zieux bleus lui avait demandé de choisir entre plusieurs.
- Le rouge s’est fini ?
Scribe avait souri.
- Le brun te va bien aussi. Tu as minci, non ?
Dans la salle de bain, Scribe avait souri encore plus. Ainsi, tu te rappelles…
Au restaurant, Scribe avait parlé, parlé, en oubliant même de manger ce délicieux risotto aux asperges vertes. Il l’écoutait en mangeant ses pennes à la tomate, la relançant de temps à autres, lui donnant son avis sur certains points du manuscrit.
- Bien sûr que ton histoire doit finir mal. Comment cela pourrait en être autrement ?
Plus tard, ils s’étaient embrassés sur le seuil de l’hôtel. Zieux bleus lui avait demandé de le rappeler, si…

C’était le lendemain que les merdes avaient commencé à tomber. Son téléphone commençait à hésiter entre la vie et la mort. Ses rendez-vous s’annulaient les uns après les autres. Dam n’était toujours pas certain de réussir à la rejoindre. Je peux te tuer si tu ne viens pas ? lui avait-elle lâché, mutine. Même son barman fétiche avait fui Paris. Etait-il reparti au Brésil ? Scribe avait tellement hésité à le demander à ses collègues qu’elle était partie sans avoir posé la question. Il était temps qu’elle rejoigne les Halles. Zieux bleus lui avait vaguement expliqué où se trouvait le vieux bistrot, Au père tranquille.

Dans les rues piétonnes, Scribe avait contemplé la foule des passants en allumant une cigarette. Tu n’as pratiquement pas fumé, étonnant. La fontaine coulait au milieu de la place. Scribe avait hésité avant d’avancer encore. D’instinct, elle se savait toute proche. Oui, mais, à droite ou à gauche ? La journaliste avait opté pour la droite et avait stoppé en apercevant l’écriteau de la rue Quincampoix. Humpf. Pas bon cela.
Revenue sur ses pas, elle avait tout d’abord demandé son chemin à trois quidams occupés à griller leur pause cigarette devant leur banque. L’homme l’envoyait dans un sens, la femme à l’opposé. La troisième gloussait telle une imbécile écervelée. Scribe commençait à s’énerver après ces Parisiens incapables de connaître leur quartier. Ou apeurés face à une inconnue. Comme cet homme qui était parti en criant presque au viol quand elle l’avait hélé d’un s’il vous plaît. Connard !
Finalement, Akli l’avait retrouvée et amenée à bon port. Scribe avait regardé ses yeux noirs en évitant de tomber dedans. « Le deuxième effet Tadjer », lui avait expliqué Laurent Laffont sur les stands Lattès. Scribe avait ri, amusée, secouant son verre de vin blanc, et regardé la jeune femme brune, accroupie aux pieds de l’écrivain, ses yeux plantés dans ceux de son vis-à-vis.
En terrasse, Scribe s’était laissé bercer par la voix douce de l’écrivain.
- J’ai aimé Western… Tu as un don incroyable. Tu réussis à faire rire alors que ton histoire n’est pas drôle.
Akli avait éclaté de rire avant de s’excuser et de répondre au téléphone. Ils avaient encore papoté pendant de longues minutes. Scribe avait promis qu’elle le préviendrait à son prochain passage. Il souhaitait la revoir.

Ce n’est pas impossible mais je ne parierais pas dessus.
Scribe voulait encore y croire mais au fond d’elle, elle savait déjà que Dam ne viendrait pas. Pas cette fois. Alors, le Disquaire ? Qu’allait-elle en faire ?

Le matin même, le monsieur hésitait encore. L’avait-elle mordu en lui assénant un « reste avec ta femme » ? A cette heure, Scribe ne pouvait même pas le vérifier en consultant ses messages envoyés : son téléphone avait expiré définitivement.
Le téléphone de la chambre rose avait sonné. On lui signalait que quelqu’un était arrivé pour elle. « Il monte ou il souhaite que je descende ? » Il était monté signalant ainsi sans le dire qu’ils n’iraient pas déjeuné ensemble. Scribe n’avait pas vraiment fait de gestes pour le mettre à l’aise. Que faisait-il dans cette chambre, emberlificoté de ses emmerdes ? Il croyait se payer une pute ? Alors, où était le fric ?
Elle l’avait regardé nu, allongé sur le lit, jambes écartées, attendant qu’elle vienne le sucer, les yeux fermés. Où était l’échange ? Il était là uniquement pour prendre. Et il culpabilisait d’être là au point de transpirer de peur.
Prends, mec ! De toute façon, je ne te donne rien. « Je ne pourrai pas faire plus aujourd’hui ! » Parce que, franchement, tu penses qu’il y aura une prochaine fois ? « Tu aurais pu me donner l’argent en entrant, j’aurais joué à la pute. » « Tu n’aurais pas aimé. » Sans blague ? Qu’en sais-tu ? Là, pourtant, tu viens de me traiter pire qu’une pute. Je te voyais tremblé de trouille, vérifier tes messages en prétextant que tu étais un homme pressé. J’aurais aimé qu’elle t’appelle au secours et que tu lui répondes alors que j’avais ton sexe dans la bouche. Je n’ai pas aimé que tu me demandes après ce pseudo acte de baise, où tes mains s’écartaient comme si les poser sur ma peau allait te brûler, je n’ai pas aimé que tu me demandes comment allaient mes proches. Tu es qui pour poser ce genre de questions ? Un homme qui a eu enfin le courage de franchir ma porte, certes, mais un homme qui est entré entre mes cuisses, la tête pleine d’un ailleurs sans jamais te soucier de moi ni avant ni pendant. Je t’ai regardé repartir, la queue entre les jambes, du « merci pour ce merveilleux moment » plein la bouche. Si tu ne t’es pas aperçu que ces instants n’étaient pas idylliques, que puis-je faire ?

Scribe avait refermé la porte sur lui en riant de son « on se fait signe bientôt ! ». Décidément, il ne la comprendrait jamais.
Dans la chambre voisine, la femme avait cessé de gémir et de crier sous les caresses de son amant. Scribe s’était demandé si l’homme était le même que celui de la veille au soir. Sa voisine l’avait-elle entendue soupirer quand Zieux bleus était en elle ?
Quand Dam appellerait, Scribe lui raconterait plus en détails ce séjour parisien, pas si naze que ça, en définitive. Parce que.

About the Author

Cali Rise

Leave a Reply

Les tags XHTML sont autorisés: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>