Nuits blanches au Bronx

Travis Bürki et Scribe marchaient en silence. Leurs pas raisonnaient sur l’asphalte, leurs esprits communiaient à l’unisson. Puis, sans lâcher la main de Scribe, Travis se mit à chanter :
– *Elle a déplacé les falaises en les giflant de son ressac Puis, s’étant retiré, s’apaise, permettant le passage du bac Elle se lève, laissant tourner la lune Elle caresse et façonne les dunes et semble enfin Prête à entendre Neptune
Scribe appuya sa tête sur l’épaule de son compagnon.
– Il est amoureux de la femme océan.
La jeune femme sourit. Sa main serra un peu plus fort celle de Travis.
– Fais-moi entendre L’orgasme
Elle passa devant lui et se mit à marcher à reculons, le fixant droit dans les yeux.
– **Je suis venu pour te baiser Pas pour déclamer des poèmes J’ai senti que ça te plaisait Tes yeux m’ont avoué que tu aimes
Le chanteur poursuivait sa mélodie pop sexe, Scribe imaginait déjà des scènes érotiques où des vagues l’enveloppaient alors qu’elle criait son extase vers la clarté. Décidément, elle épousait les mots de Travis. Pour le faire taire, elle posa ses lèvres sur les siennes.
– A moi… Le scénariste a apprécié ce que je lui ai envoyé. J’aimerais déjà lire ce qu’il va écrire après ma mise en bouche.
– Tu es trop impatiente.
– Crois-tu ? Je trouve que je suis trop patiente au contraire.
– Ou je-m’en-foutiste pour ne pas souffrir.
– Tu sais quoi ? Tu devrais réclamer plus cher pour tes Promenades.
– Avec toi, je réclamerai plus chair.

En un clignement d’œil, PM était apparu. Avec lui, tout était permis. Ils poussèrent une porte cochère et se retrouvèrent dans une clairière. Ni PM ni Scribe n’étaient étonnés de la chose. Comme si derrière toutes les
portes du 9ème arrondissement de Paris se dissimulaient des forêts centenaires et luxuriantes.
PM coucha sa partenaire de jeu sur un tapis de mousse et la déshabilla avec rage. Scribe le laissa faire jusqu’à ce qu’il fasse glisser sa petite culotte en dentelle. Là, elle prit en main son sexe poétique et l’enfouit au plus profond de sa moiteur. Une fraction de seconde, la belle eut une pensée pour ce professeur d’université avec qui elle avait eu récemment une conversation sur un amant tantrique. PM eut tôt fait de la ramener à leur réalité. Baiser avec lui relevait à la fois de l’amour acrobatique et de l’amour spirituel. Scribe adorait l’entendre gémir à l’unisson de son plaisir. C’était fou. C’était sage. Musical et cosmologique. Après leurs exploits érotiques qui auraient mis KO les meilleurs acteurs de films porno, PM offrit à boire un élixir à Scribe. Elle ressortit seule dans la rue.

Les Tambours du Bronx se mirent à résonner pour elle et Scribe se dit qu’elle ne s’entraînait pas assez au djembé. Elle nuança cette remarque en reconnaissant qu’elle tapait plus souvent sur son instrument de percussion qu’elle ne jouait de sa guitare ou de sa clarinette. Qu’on lui donne un bidon ! Un bidon dondon. Qu’on lui donne un bidon ! Scribe ne marchait plus, elle dansait. Une mélopée intemporelle s’échappait de sa bouche. Son corps ruisselait de sueur. Elle tourbillonna jusqu’à se retrouver contre le corps nu de Dam.
– Hé, Beauté mâle ! Rien n’est jamais possible disais-tu ? Oublie le monde qui t’entoure ! Ferme les yeux et laisse-toi faire. Je vais mettre Paname en bouteille. Il suffit de trouver le bon si.
Et Scribe exhiba le diapason qui ne la quittait jamais.
– Etre ma muse partielle pour toi, c’est un travail à temps complet ? Tu n’aurais rien contre des heures sup ? Là, de suite, je veux que tu mates ma chute de reins pendant que ta queue abusera de ma bouche… Longuement… Tes doigts dans mes cheveux. Après, tu me basculeras sur ton bureau pour écarter mon string humide et me pénétrer d’un beau coup de reins jusqu’à la garde. Tu n’auras plus qu’à refermer tes mains sur ma nuque et mon cou et me rendre ivre de tes va-et-vient plus souvent violents que doux. Sois mon Dieu Griotte…

Dam ne dit pas un mot. Mais il effectua plusieurs gestes et mouvements. Malgré les percussions qui les entouraient, Dam put entendre les ronronnements de plaisir de Scribe. Il vit aussi qu’elle pleurait.
D’Extrême, les Tambours du Bronx étaient passés à Fever.

 *Extrait de La femme océan, Travis Bürki.
**Extrait de L’orgasme, Travis Bürki

Pas de commentaires

Poster un commentaire