Starting-blocks ou tremplin ?

J’ai rêvé d’un monde où les méchants n’étaient pas si méchants et les gentils, pas si gentils. Je rêve yin-yang, l’unité au-delà du dualisme. Je rêve. Et pourquoi pas ? Dans toute chose, existe du Yin et du Yang, les deux forces créent le mouvement, l’énergie. A moi les physiciens quantiques ! Enfin ceux qui disent que matière et énergie sont une seule et même chose.

J’ai rêvé yin-yang. Je rêve équilibre.

Personne ne sait de quoi nos lendemains seront faits. Les voyants ? Les économistes ? Les sociologues ? Les futurologues ? Personne ne sait. Ou alors, on fonce tout droit dans l’arbre des possibles. Et qui déciderait que telle branche de l’arbre est plus importante qu’une autre ?

Je ne sais pas ce que me réserve l’avenir. J’ai posé quelques jalons et j’avance en fermant les yeux, pour la surprise. Mais je triche comme les enfants, je soulève mes doigts de temps en temps. Et j’arrête de réfléchir. Les lumières des toutes ces guirlandes m’éblouissent.

Je rêve toujours yin-yang. Et en couleur. J’évite de parler de politique et encore plus des politiques. Beaucoup ont oublié les différents sens du mot pour n’en garder que celui-ci : les luttes de pouvoir. A observer, c’est tout à la fois amusant et affligeant. J’évite de parler de journalisme et encore plus des journalistes. J’ai comme l’impression qu’ils oublient de plus en plus de vérifier les faits pour se comporter comme de simples paparazzis. Et encore, quand ils ne deviennent pas plus charognards qu’eux. Non, je me tais.

Je jette un coup d’œil rapide sur mes coups de cœur de cette année :

  • Côté livres: La vie sexuelle du président d’Anne Michel (éditions Blanche), Sacrificio de Giacomo Sartiori (éditions Philippe Rey), Obscura de Régis Descott (éditions Jean-Claude Lattès), La femme que j’aimais de Franck Hériot (éditions Cherche Midi), Je le ferai pour toi de Thierry Cohen (éditions Flammarion), Un hiver avec Baudelaire de Harold Cobert (éditions Héloïse d’Ormesson), La promesse des ténèbres de Maxim Chattam (éditions Michel Laffon), La cicatrice du diable de Laurent Scalèse (éditions Belfond), Les enfants du Néant d’Olivier Descosse (éditions Michel Laffon), Toute nue de Lola Beccaria (éditionsla Musardine), Teleny d’Oscar Wilde (éditions la Musardine), Le cinquième clandestin de Marin Ledun (éditions La Tengo), Happy Sex de Zep (éditions Delcourt), La forêt des Mânes de Jean-Christophe Grangé (éditions Albin Michel), Western d’Akli Tadjer (éditions Flammarion), Un ticket pour l’enfer de Laurent Botti (XO éditions), L’empreinte sanglante du collectif (éditions Fleuve Noir), Hécatombe de Nada (éditions Baleine), Jusqu’à ce que la mort nous unisse de Karine Giébel (éditions Fleuve Noir), Dortoir interdit de Serge Brussolo (éditions Fleuve Noir), Gueule d’ange de Jean-Marc Pitte (éditions La Tengo), Le serpent aux milles coupures de DOA (éditions Gallimard) et Noir Désir le vent les portera d’Andy Vérol (éditions Pylône).
  • Côté musique: Hobo de Charlie Winston (Atmosphériques), Thirteen tales of love and revenge des Pierces (Naïve), Caravan Palace (Wagram), Animals will save the world de Joshua (Wagram), Aurora d’Avishaï chez Blue Note, Two Grains of Sand de Piers Faccini (Tôt ou Tard), Jil is Lucky (Roymusic), My One and Only Thrill de Melody Gardot (Universal Music Jazz), Music for a While de Revolver (Delabel), 10 ans de Mary’s Dream (Bonsaï Music), The last memories of my old house de Zach Laughed (Wagram), Mister Mystère de Matthieu Chédid (Universal), Le clan des miros de Renan Luce (Barclay), Requiem pour un champion de Boulbar (Roy Music), A71 de Mustang (Jive Epic), Frizzante! de Matthieu Boré (Bonsaï Music), Small boat big sea d’Ed Laurie (Tôt ou Tard), Dark young hearts de Fryars (frYarco) et Alan Corbel.
  • Côté films: Inglorious Basterds de Quentin Tarantino, Gran Torino de Clint Eastwood, Harvey Milk de Gus Van Sant, The Reader de Stephen Daldry, L’étrange histoire de Benjamin Button de David Fincher, Les 3 royaumes de John Woo, Slumdog Millionaire de Danny Boyle, X-Men origins: Wolverine de Gavin Hood

Et je rêve encore yin-yang.

J’ai les pieds bien calés dans des starting-blocks. A moins que je ne sois sur un tremplin face au vide ? J’ouvre les yeux et j’avance. Même pas peur !

Quoi que vous choisissiez, vitesse ou lenteur, prenez soin de vous ! Je vous souhaite à toutes et à tous de beaux moments auprès des vôtres et jolis instants à venir.

Des milliers de baisers et à l’an prochain !

Cali Rise

 

 

 

 

 

 

1Commentaire