Héritage sanglant, Odile Barski

Héritage sanglant où l’on retrouve Ariane Messidor, jeune lieutenant de police apparue dans le roman, Transferts de fonds.

Petit rappel : Odile Barski est scénariste et signé certains des films les plus célèbres de Claude Chabrol : Violette Nozière, Masques et plus récemment, L’ivresse du pouvoir ou encore Bellamy. Elle est aussi l’auteur de plusieurs romans dont Comment sera la fin (éd. Joëlle Losfeld), Et tout à coup ce rouge, Lecomte Thérèse.

Extrait :

La nuit a été mauvaise. Corsin rabat la couette fleurie sur sa tête dans l’espoir de se rendormir. Il ne voit plus le soleil mais il a trop chaud. La couette est en nylon, achetée chez Emmaüs. Un cadeau de Noor. Une chouette fille, Noor. Il la fréquente depuis quelques mois à peine mais il sait. Il sent les choses. Il lui suffit d’observer. Un mot, un geste. Des petites choses qui disent beaucoup. Noor mérite mieux que lui. Peut-être pas un prince charmant mais un homme sur qui s’appuyer. Un principe d’homme en chair et en os. Beaucoup de filles dévouées et fauchées mériteraient que ça existe. Il en a rencontré quelques-unes. Pas des filles déçues. Non. Des courageuses. Combatives. Rieuses dans le malheur. Combien en a-t-il connu depuis que Colombe a disparu ?
La suite tourne court. Il tente de faire défiler des images agréables. Rien ne vient qu’une suite d’idées obsédantes. Alors il repousse la couette. La grande photo pend de biais. La faire tenir avec des punaises n’est pas la solution. Il faudrait un cadre à sa mesure. Depuis le temps, il aurait dû arranger ça. Pourquoi remet-il toujours ? Le chant des cigales crisse. Bientôt il entend un concert en parallèle. Devine l’attroupement massé en bas de la décharge. Ça défile depuis des mois. Dire qu’il s’habitue ? Non. Il a beau feindre, chaque jour a colère prend le pas. Aujourd’hui il y a même une équipe de télévision. Prête pour l’apparition de la vedette. La vedette c’est lui. Hirsute dans un survêtement trop large où son corps flotte. Les solutions, il n’y en a pas trente-six. Un vieux sweat-shirt accroché en rideau aux montants, le JT de France 3 en sera pour ses frais. Corsin ne veut voir personne. Il actionne le ventilateur et retourne sous la couette.

Quand Ariane Messidor entre, il dort à poings fermés. Se faire ouvrir par la gardienne n’a pas été facile. Il a fallu montrer patte blanche, c’est-à-dire carte de police. Et maintenant elle est là à se demander quoi faire. Explore la pièce meublée de bric et de broc. Des factures non décachetées s’empilent sur une table. Ni radio ni télévision, une vaisselle de célibataire mal rincée. Des provisions : Coca, chocolat aux noisettes, biscuits. C’est tout. Le sol n’a pas dû voir le balai depuis un moment. Mais au milieu des particules séchées et des mouches mortes, quelque chose brille.
Elle ramasse, s’approche de la grande photo accrochée en travers face au lit et la remet d’aplomb. Puis elle enfonce le clou à tête dorée dans le minuscule trou de plâtre qu’elle éclaire avec sa lampe stylo. Elle en profite pour examiner l’image : un planeur encastré dans un rocher. En bas à droite, une inscription : Fontaine-de-Vaucluse 1988 – Accident Otto Gerling. Quel rapport avec Corsin et sa décharge de pneus ? La passion des avions ? De l’héroïsme ? Le côté saisissant de la photo ?
Ariane revient vers le lit. Corsin respire comme un enfant, les traits abandonnés, la bouche entrouverte.
Cet homme a trente-six ans, des difficultés avec les riverains, le fisc, un monceau d’impayés et une menace d’expulsion au-dessus de la tête. A quoi bon le réveiller pour lui annoncer ce qu’il sait déjà ? Remettre à demain lui paraît plus sage. Voire à la semaine suivante, compte tenu des deux jours fériés.
Elle rédige sa convocation, la pose sur la table de nuit et repart sans faire de bruit.

Avis :

Un style fluide et précis. Les portraits psychologiques des personnages tirés au cordeau. Une intrigue très bien menée. Tout y est pour passer un très bon moment de lecture.

Héritage sanglant, Odile Barski, Le Masque 268 pages 16 €

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire