"));

Un tournesol dans la tête

Copyright Ernesto Timor

 

Elle le regarde dormir depuis quelques minutes maintenant. Quelques images des heures précédentes jaillissent derrière ses rétines. Scribe sourit. Hier, elle aurait bien aimé qu’il l’assoit sur le plan de travail et goûte à son sexe trempé.

 

Elle le regarde dormir, enfin reposé. « Tu m’as épuisé » lui avait-il répété plusieurs fois hier. Pourtant, ils avaient poursuivi leurs étreintes, dans la cuisine, sur le canapé, dans le couloir, dans le bureau, dans le jardin, dans les escaliers, dans la chambre. Scribe ne pouvait pas s’empêcher de le toucher, de l’embrasser, de le lécher. De le mordre aussi. Ocelot se laissait faire jusqu’à ce qu’il reprenne la main et la glisse sous lui. Ou devant lui. « J’ai toujours envie de te prendre ».

 

Elle le regarde. Il dort. Son visage est apaisé, ses mains jointes sous son menton. On dirait presque qu’il prie. Dans son premier sommeil, il a rêvé mauvais, vaguement parlé. Elle s’est blottie contre lui en murmurant un « Chut ! Je suis là ». Alors, il a enlacé sa taille en se collant contre ses reins et Scribe l’a écouté dormir. Mais maintenant stop ! Son envie de lui est si puissante qu’elle en hurlerait. Elle a beau rouler des hanches tout contre lui, Ocelot dort. Il dort et elle, elle crève de désir !

 

Le soleil pénètre par la lucarne restée ouverte et ça ne le gêne pas. Elle le déteste ! Oui, là, elle le déteste. Elle n’a pas vraiment dormi. Il a ronflé. Il a toussé aussi. Et il l’a tenue serrée contre lui comme un doudou précieux. Scribe vient de réussir à sortir de ses bras et il a à peine bougé. Putain, oui, elle le déteste ! Elle voudrait le secouer pour qu’il la voie vraiment.

-          Hey, beau mâle ! Réveille-toi !

La jeune femme n’a pas crié. D’ailleurs, il n’a eu aucune réaction.

-          Ah tu veux jouer à ça ! OK.

Scribe retourne de son côté du lit. C’est marrant comme elle avait tout de suite deviné de quel côté il s’endormait tous les autres soirs. Elle tire le drap jusqu’à le découvrir entièrement nu. Il est couché en chien de fusil, son gland levé vers son ventre. De gourmandise, Scribe se lèche déjà les lèvres. Il va falloir qu’elle ruse pour atteindre sa queue. Elle veut le sentir gicler au fond de sa gorge. Et elle l’aura !

 

A genoux tout près de lui, Scribe se baisse et approche ses lèvres de ses cuisses. « J’adore tes cuisses… » Ocelot frémit quand elle pose sa bouche sur sa peau. Oui. Oui. Encore. Encore. Elle embrasse doux jusqu’à obtenir ce qu’elle veut. Ocelot se tourne sur le dos, le sexe offert. Scribe se redresse et sourit. Puis, elle s’approche. Sa langue pointe vers les doigts de sa main qu’il a posée sur son ventre, juste au-dessus de son gland qui palpite d’envie. Car il sait, lui, ce qui l’attend. Elle lèche et la main recule un peu, juste assez pour que sa langue mouille cette couronne de chair. Dans sa bouche, elle réunit un jet de salive qu’elle laisse couler sur le gland et étale de ses lèvres. Elle adore ce baiser. Elle adore se masturber les lèvres du bout de sa queue. Elle adore sa queue et sa queue le lui rend bien. Dans sa main, elle la sent encore gonfler, encore grandir, encore… Alors, elle l’aspire et l’engouffre loin dans sa gorge en prenant bien soin de la serrer à la base. Sa tête monte et descend à son propre rythme. De temps en temps, elle délaisse le membre durci pour prendre ses couilles dans sa bouche. Puis, elle l’enfonce à nouveau entre ses lèvres.

-          Tricheur !

-          Tais-toi et suce ! lui répond Ocelot en poursuivant ses mouvements de bassin et en appuyant de sa main sur sa tête qu’il caresse longuement.

Puis il fourrage dans ses cheveux jusqu’à les saisir à pleines touffes, imposant sa cadence. Scribe lui repousse furieusement les mains.

-          Non !

Elle suce, suce encore et d’un coup se redresse. Elle le regarde. Il attend quelques secondes et ouvre les yeux. La jeune femme le reprend en bouche et se redresse à nouveau. A nouveau, il rouvre les yeux. Elle s’abaisse encore, dépose un baiser rapide sur son gland et saute du lit.

-          Hey !

-          Oui ?

-          Tu… Espèce de salope !

-          J’adore !

-          Reviens !

-          Ou sinon ?…

Scribe continue d’avancer vers la porte de la chambre. Ocelot l’attrape par le poignet à l’instant où elle allait en franchir le seuil. Debout, le sexe dressé, les yeux violents, il la colle tout contre lui, la soulève de terre et l’empale sur sa queue. Scribe enserre ses jambes autour de sa taille et s’accroche à son cou. Leurs lèvres se joignent.

-          Regarde-moi… Scribe, regarde-moi…

La jeune femme ouvre les yeux. Il lui murmure des mots rouges et roses tout contre l’oreille. Des mots qui brûlent son ventre et éclatent dans sa tête. Leurs langues se lèchent et s’enfoncent dans la bouche de l’autre. Longtemps. Longtemps. Et puis, elle colle son visage dans son cou, respire l’odeur de sa peau, l’aspire comme si elle se droguait de lui.

-          Je veux que tu jouisses dans ma bouche…

-          Hmmmmmmmm. Pas tout de suite, Diapason…

-          Comment tu m’as appelée ?

-          Diapason…

 

About the Author

Cali Rise

Leave a Reply

Les tags XHTML sont autorisés: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>