Avec Rouge Fer, Joseph d’Anvers donne raison à Bashung

Quoi qu’il en soit, je me souviens qu’un jour, Bashung m’a dit : « Une chanson, tu y arrives pour la musique et tu y restes pour les textes »’. Je trouve ça très juste, et j’aimerais que ça puisse s’appliquer à mon nouvel album. » (Joseph d’Anvers, Les inrockuptibles, 25/07/08)

2011, Rouge Fer.

Découvrir le nouvel album de Joseph d’Anvers, c’est comme respirer une rose aux nombreux pétales bouillonnés et très parfumée. J’aurais pu choisir une autre image mais celle de cette fleur me plaît. Imaginer une senteur aux mille nuances tellement enivrante que les mains s’approchent en coupe pour mieux la capter, que les doigts effleurent le velours en oubliant l’existence des piquants. Ça brûle, ça sent bon et c’est beau.

Rouge Fer, c’est tout à fait cela. Brûlant. Parfumé. Beau. La première écoute en appelle une deuxième et une troisième et une… A l’infini. Mais même à cet instant, il reste encore de nouvelles choses à entendre.

Rouge Fer est un album où l’anglais s’entremêle au français, où les cordes voltigent autour du piano, des guitares et de la basse, où les percussions et la batterie habillent de rythmes variés une prose aux mots choisis avec justesse.

Groove. Sensualité. Ambiguïté.
Joseph d’Anvers a donné raison à Bashung. Il a réussi à créer un univers de musiques et de textes tout simplement captivants et ce, pendant tout un album : Rouge Fer

Extraits choisis :

Je suis cette femme à qui l’on ne promet rien / Je suis cette femme qu’on ne prend pas par la main / Je suis cette femme qui ne vaut presque rien / Je suis cette femme qui sait donner du bien / Je suis cette femme que tu regardes parfois / Je suis cette femme à qui tu ne causes pas  (Ma peau va te plaire)

Plus je m’agrippe et plus je glisse / Plus je m’éteins et plus je brille / Plus je dérape et plus j’avance / Plus je m’accroche et plus je vrille (Exotic Bird)

Je suis une des âmes solitaires / Qui peuplent ce monde à l’envers / A toutes les guerres j’ai survécu / Des enfers je suis revenu (Les âmes solitaires)

J’inspire encore une fois je retiens les secondes / Je m’enfonce dans ta nuit pour quelques temps encore / Hors d’haleine, je désire le reste de ton corps / Les dérives incertaines, le déclic de la bombe (La résilience)

A l’ombre de ta peau / Au moindre de tes gestes / De tes mots / Je donnerai de moi / Et toutes les raisons / Pour fuir entre tes bras (Sweet 16)

Préférences

Ma peau va te plaire
(I caught an) Exotic Bird
Les âmes solitaires
La résilience
Leave me alone
Always Better (Paranoïd)
Sweet 16

Rouge Fer, Atmosphérique

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire