CHARLELIE : NEVER OUT OF WAYS BUT ALWAYS IN THE BEST

copyright Daniel Nguyen, d'après une photo de Marc Dubord

copyright Daniel Nguyen, d

CASINO DE PARIS, 10 JUIN 2011

20h20, bar du casino.

Une coupe de vin de Champagne à la main, j’observe les alentours. Accoudés au comptoir, des invités identifiables à leurs bracelets verts ou gris. Sur le tapis rouge et noir, les fans se pressent d’entrer dans la salle. Les baffles diffusent du CharlElie, sur scène, sa première partie termine son show.
Je repose mon verre, il est temps d’accéder à mon siège : balcon, 23ième rang, face à la scène. Un peu loin mais mon photographe aura tout le loisir de bouger et de shooter.

21h, let the show begin !

Un peu dur le siège. Un peu long les adieux de la 1ère partie. Impatiente de découvrir le FORT rEVEUR TOUR, je suis. 30 ans de carrière à fêter, ça doit donner.
Enfin, l’Artiste entre en scène sous les applaudissements frénétiques des spectateurs : chapeau, lunettes noires, veste longue et jeans. Comme l’impression d’assister à l’arrivée d’une star américaine.
Premiers shoots, premiers visionnages. « Celle-ci, je la veux ! » « A mon avis, nous ne serons pas nombreux à l’avoir réussie. » Voilà pourquoi, j’ai choisi Daniel Nguyen comme photographe : c’est l’un des meilleurs.

 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 

Accompagné par des musiciens hors pair, Karim Attoumane (guitare), Ganxtha (basse), Kevin Cerovich (batterie) et Sam Garcia (claviers), CharlElie envoie les mots et le ton. Comme toujours lors de ses concerts, l’auteur-compositeur introduit ses chansons par des petites confidences. Il est allé se faire voir à New York pour voir s’il y était. Il y était. Il y est encore, d’ailleurs. Et quand j’entends les 9 minutes 26 de sa ballade jazz-rock new-yorkaise, Le Phénix, je souris en songeant aux journalistes français qui le boudent, grand bien leur fasse : à 55 ans, CharlElie a gardé son regard affûté et son phrasé singulier, bien loin de ces chanteurs commerciaux qu’ils encensent.

 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 
 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 

copyright Daniel Nguyen
copyright Daniel Nguyen

 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 
Quelqu’un en moi, 58th Street, La vie facile, Entre les lignes, […], l’album FORT rEVEUR nous est offert pratiquement dans son intégralité.
Jeux de lumières, jeux de scène entre musiciens, le show est vivant et vibrant. Petite déception : CharlElie et Karim ne sont pas assez éclairés, dommage.

CharlElie & Elliott Murphy, copyright Daniel Nguyen

CharlElie & Elliott Murphy, copyright Daniel Nguyen

 
CharlElie quitte la scène après son duo avec Elliott Murphy. Euh, Noah ne devait pas venir faire un tour ce soir ??? Non parce que, j’aurais bien aimé entendre ce que cette association atypique donnait sur scène. La salle le rappelle une première fois. « Citez-moi une chanson que… Y en a que je ne pourrai pas faire mais y en a une que je dois faire. J’veux dire… euh…  sans elle… » plaisante le chanteur après s’être installé derrière son piano. Les moins de trente ans n’ont pas compris l’allusion. Pas moi, j’attends ce flash-back, en fait. Joue-moi « Comme un avion sans elle » que je revive encore une fois cette journée où j’avais épuisé mes potes en la chantant à toutes les interclasses, où Vincent me souriait en demandant aux autres ce que j’avais pris pour être dans cet état, joue-moi ce titre qui a marqué l’histoire de la chanson française, même sur un autre rythme, allez, chante CharlElie : « Ecoute la voix du vent qui glisse, glisse sous la porte, écoute on va changer de lit, changer d’amour changer de vie, changer de jour ». Cette année-là (1981), après Nancy, la plaine des Vosges, la Lorraine, la France entière découvrait (enfin !) son talent. Les premières notes de piano s’envolent dans un silence attentif, je ferme les yeux. Oui… « Comme un avion sans aile, j’ai chanté toute la nuit, j’ai chanté pour celle, qui m’a pas cru toute la nuit ».

 

copyright Daniel Nguyen
copyright Daniel Nguyen

« La la la la la la » reprendront en chœur les spectateurs.

 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 
CharlElie repose son chapeau sur sa tête, il rit : « Qu’est-ce que je vais faire… ». Un fan hurle depuis le balcon « LA BERGERIE ! ». Oui… Les premières notes, encore. Oui… Oui, CharlElie, offre-moi  – les autres j’m’en fous –  offre-moi L’histoire du loup dans la bergerie :  
«Tous les vendredi soir à peu prêt vers 7 heures,
On l’entend arriver déjà depuis le parking,
Il fait voler la porte et il entre en hurlant :
 » Salut la compagnie, salut la compagnie  »
Avec les yeux gonflés sur sa gueule de clochard,
Cicatrice au menton, mouchoir comme un foulard,
Il s’appuie au comptoir pis il commence à boire
En racontant une histoire,
Celle du loup dans la bergerie,
Celle du missionnaire dans la blanchisserie ».
 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 

La salle entière est debout. Un fan chante certains passages. Je danse. Personne n’a envie que notre Poète s’en aille. Plus de 8 minutes d’Histoire. CharlElie et ses musiciens nous offrent un boeuf, chacun y allant de son solo. Les applaudissements semblent ne pas vouloir s’arrêter. Pourtant, il faut bien s’en aller.

 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 

La foule est lente à sortir des lieux rouge et or. Mon photographe en profite pour shooter les vieux lustres.

 

copyright Daniel Nguyen

copyright Daniel Nguyen

 

En bas, je découvre que Tom Novembre est venu assister au concert de son frère. Trois personnes suivent une jeune femme qui les emmène rencontrer CharlElie.  Un dernier regard panoramique : personne de mes connaissances en vue.

23h, débriefing devant le Casino de Paris

J’allume une cigarette, encore sous le coup de l’émotion.
– Tu veux une photo de l’affiche ?
– … Oui…
Daniel Nguyen s’exécute. Je verrai plus tard ce que son clic a réalisé. Travail d’artiste.

 

copyright Daniel Nguyen, d'après une photo de Marc Dubord

copyright Daniel Nguyen, d'après une photo de Marc Dubord

 

 

– Ça va ?
– … Oui…
– Qu’est-ce qu’ils attendent ?
– Hum. Ils espèrent peut-être l’attraper à sa sortie ?
– Et toi ?
– Moi, je lui écrirai, comme d’hab. !… Je viens juste de réaliser que CharlElie est dans ma vie depuis… 30 ans.
– Oui…
– N’empêche, personne d’autre que moi dans la blogosphère ne peut se vanter d’avoir un poème de l’Artiste cali-graphié, daté et signé ! C’est une de mes plus grandes fiertés depuis que j’exerce dans le milieu si ce n’est la plus grande… Bon, très bon concert, oui. J’aime absolument cet Artiste multiste.  Pour moi, c’est un génie créateur. Un créateur de génie. Et pas seulement un chanteur.

 

FORT rEVEUR, CharlElie, Flying Boat, Believe, EMI

 


Champs paraboliques (site officiel de CharlElie, créé en 1996)
 

 


 

 

 

 

 

Pas de commentaires

Poster un commentaire