CANYON CREEK d’Alexis Aubenque : la rencontre du Far West et des héros modernes

Ancien libraire, Alexis Aubenque est l’auteur de la série à succès River Falls (Prix du Polar Cognac 2010).

Extrait

Le pick-up de Suzie McNeil roulait dans le désert qui s’étirait sur l’horizon jusqu’aux Royal Gorges.
Pas une habitation en vue, juste une terre sèche, uniforme, parsemée de petits buissons espacés de façon irrégulière.
– Tiens, je crois qu’on est arrivés, fit Marcus Smith.
Il était un des rares Noirs de la ville, et le seul policier afro-américain de Canyon Creek.
Suzie plissa les yeux, et aperçut l’hélicoptère et la Chrysler du shérif. Elle ralentit afin d’atténuer le nuage de poussière qu’elle laissait derrière elle.
Il n’y avait pas de route à proximité, mais le sol était irrémédiablement plat, et Suzie était habituée à conduire hors piste.
Elle ralentit encore l’allure et s’arrêta tout près du précipice. Elle sortit de la Toyota Hélix et s’avança directement vers le shérif.
L’homme n’était pas loin de la soixantaine. Il ne se séparait jamais ni de son chapeau ni de son étoile, qu’il affichait fièrement sur sa poitrine.
– C’est pas beau à voir, les prévint-il. La fille s’est explosée l’arrière du crâne sur un rocher.
Harry Carter, le médecin légiste, descendit de l’hélicoptère et se joignit à eux.
– Susie, Marcus, les salua-t-il.
Les deux policiers le saluèrent en retour.
– La jeune fille est morte sur le coup, c’est la seule bonne nouvelle que je voie.
– Vous avez pu l’identifier ? demanda Marcus en se tournant vers le shérif.
L’homme secoua négativement la tête.
– Non, aucun papier sur elle, et son visage nous est totalement inconnu.
– Une Latino, n’est-ce pas, fit Suzie.
Ce n’était pas une question, mais une affirmation.
– Sergente, si je vous entends encore parler de votre théorie, je vous jure que je vous mets à pied, la prévint le shérif.
Marcus se retint d’intervenir. Il savait bien que ce n’était pas seulement une affaire professionnelle qui se jouait entre eux.
– Latino. Sans aucun doute possible, confirma Carter. Bon, on va décoller, je vous conseille de retourner dans les voitures.
Tout le monde approuva.
– Où sont les témoins ? demanda Suzie en se dirigeant vers la voiture du shérif.
– Ils sont déjà repartis en ville avec Steven. Il va prendre leurs dépositions, mais franchement, je crains qu’il n’y ait guère à en tirer.
Ils montèrent dans la voiture du shérif alors que les pales de l’hélicoptère se mettaient à tourner.
Le rotor accéléra et, très vite, un nuage de poussière envahit l’espace. Les pare-brises en furent couverts. Le shérif mit les essuie-glaces en marche et, par intermittence, les trois occupants du véhicule purent voir l’hélicoptère s’envoler dans les airs, accompagné par un bruit de tous les diables.
Quand l’appareil fut suffisamment éloigné, la poussière retomba doucement, et le silence revint. Les trois policiers sortirent de la voiture pour découvrir l’étendue des dégâts.
– Elles sont bonnes pour aller au lavage, fit Marcus en regardant sa Toyota et la Chrysler du shérif.
Il s’étonna d’ailleurs que cette dernière ne soit pas sale à leur arrivée.
– L’hélicoptère était sur lace avant nous, expliqua le shérif. Quand nous sommes arrivés avec Steven, ils avaient déjà récupéré le corps dans le canyon et venaient juste de se poser sur la terre ferme. Je vous avais dit que ce n’était pas la peine de venir.
Suzie avait insisté auprès de Marcus pour se rendre sur les lieux du drame. Elle connaissait par cœur tous les défauts du shérif.
– J’espère que quelqu’un a eu la bonne idée de relever les traces de pneus, dit-elle.
Le shérif se frotta le bas du visage d’un air embarrassé et porta son regard ailleurs.
Suzie leva les yeux au ciel et poussa un profond soupir. Elle marcha en regardant le sol autour d’eux. Il n’y avait plus une seule trace visible. Même celles de leur voiture, toute fraîches, avaient disparu sous l’effet de l’appel d’air provoqué par l’envol de l’hélicoptère.

Résumé

Une nouvelle victime est découverte à Canyon Creek. Comme les précédentes, la morte est une jeune fille latino.
Suzie McNeil, sergente de 25 ans, est persuadée que le coupable est un tueur en série. Le shérif, son père, n’est pas d’accord avec cette théorie.
Aidée du lieutenant Jack Spencer, la jeune femme va découvrir que les apparences peuvent parfois être trompeuses.

Avis :

Une petite ville du Colorado bordée d’un canyon où se déploie un désert comme décor.
Des travailleurs latinos traités comme de la marchandise.
Des riches prêts à tout pour s’enrichir encore plus.
Une enquêtrice un peu trop chien fou. Des flics presque tous pourris. De belles ordures. Un tueur sadique. Deux héros.
Alexis Aubenque aux commandes.

Canyon Creek est un roman qui s’étire sur près de six cent pages, tel le fleuve Colorado réputé pour l’apparition soudaine de la fureur de ses eaux. L’intrigue n’est pas complexe mais le dénouement digne d’un western crépusculaire dans une ville du Far West. Gatling en moins.
Autant certains personnages m’ont paru par moment trop naïfs limite stupides autant Aubenque peut amener la cruauté sans crier gare et sans aucune pitié.
Pour les amoureux des grands espaces et des héros au grand cœur.

Canyon Creek, éditions Le Toucan, 556 pages 9,95 €

Pas de commentaires

Poster un commentaire