Eros et Agapè

– Tu ne serais pas eudémoniste?
– Un épicurien alors.

Scribe sourit. Elle est allongée sur le côté et contemple les flammes qui dansent dans l’âtre. Au dehors, la neige tombe toujours. Dans son dos, Dam la caresse et l’embrasse, doucement. Ils sont tous les deux nus, sur un épais tapis.

– Hum. Un hédoniste plutôt. Jouis et fais jouir, sans jamais faire de mal ni à toi ni à personne, voilà toute morale.
– Chamfort.
– Oui… Dans le bouddhisme, le plaisir est une sensation physique…
– Le plaisir extrême est proche de la douleur disait Valéry.
– Perversion? «Ô toi ! qui, dit-on, a créé tout ce qui existe dans le monde ; toi, dont je n’ai pas la moindre idée ; toi que je ne connais que sur parole et sur ce que des hommes, qui se trompent tous les jours, peuvent m’avoir dit ; être bizarre et fantastique que l’on appelle Dieu, je déclare formellement, authentiquement, publiquement, que je n’ai pas dans toi la plus légère croyance, et cela par l’excellente raison que je ne trouve rien, ni dans mon cœur, ni dans mon esprit qui puisse me persuader une existence absurde, dont rien au monde n’atteste la solidité : si je me trompe, et que lorsque je n’existerai plus, tu viennes à me prouver mon erreur, et qu’alors, ce qui est contre toutes les lois de la vraisemblance et de la rai­son, tu viennes à me convaincre de cette existence si fortement niée par moi maintenant, qu’arrivera-t-il? tu me rendras heureux ou malheureux. Dans le premier cas, je t’admettrai, je te chérirai ; dans le second, je t’ab­horrerai : or, s’il est clair qu’aucun homme raisonnable ne puisse faire un autre calcul que celui-là, comment avec la puissance qui doit composer le premier de tes attributs, si tu existes, comment, dis-je, laisses-tu l’homme dans une alternative aussi injurieuse à ta gloire ?»
– L’occasionnalisme: Dieu agit partout, mais à l’occasion de ce que font les créatures.
– C’est dantesque.
– C’est Dante et ses anges. Diablesse!
– Toi-même! J’aime ta façon d’être androgyne: mâle, femelle et hermaphrodite. Tu es l’être parfait.
– Je te retourne le compliment, beauté. Celui de Swendenborg?
– Le mien. J’ai envie d’une douche, beau mec.

Sans attendre de réponse, la jeune femme se lève et se dirige vers la salle d’eau. Elle entre directement et frissonne sous le jet liquide jusqu’à ce que la température devienne quasi brûlante. Scribe ferme les yeux et penche la tête en arrière. L’eau ruisselle sur son visage, éclaboussant ses seins, dégoutant sur son ventre. Ses mains glissent sur ses cheveux qu’elles rejettent en arrière, sur son corps et viennent se perdre entre ses cuisses ou entre ses fesses. Sa fente est grassement humide. Elle porte ses doigts à sa bouche et suce sa cyprine quelques secondes avant de redescendre sa main sur son sexe et de reprendre son manège. Très vite, elle utilise ses deux mains, une pour ses lèvres, son clitoris et son vagin, l’autre pour son anus. Son front vient s’appuyer contre la vitre de la porte embuée. En ouvrant les yeux, la jeune femme aperçoit la silhouette de son amant. Sans cesser de se caresser, elle approche ses lèvres tout contre celles de Dam posées sur la porte vitrée, de l’autre côté. Ils gémissent.

Scribe jouit face à lui puis se retourne et ferme à nouveau les yeux sous la douche, la tête en arrière. La porte s’ouvre et se referme.

– Aime. Et après cela, fais tout ce que tu veux.
– St Augustin… J’abaisse mes barrières pour toi, Dam. Tu en es conscient?
– Oui. Et je vais les enjamber.

Déjà, son sexe dur s’enfonce entre sa raie.

Pas de commentaire

Poster un commentaire