Je suis un Troglodyte

Le rideau de pluie est diagonal. Parfois, une rafale de vent l’envoie cul par-dessus tête. Alors derrière, les bouleaux blancs se plient outrageusement. Et le mélèze et le sapin aussi.

Le siamois a essuyé ses pattes sur les carreaux de la vitre avant que Scribe ait eu le temps de lui ouvrir la fenêtre. Le chat poilu et trempé a sauté sur le plancher clair y laissant d’autres empreintes. La jeune femme le regarde s’éloigner vers le salon et dédaigner son lit. Sa fourrure mouillée semble plus foncée dans la lumière grise de cet hiver qui n’en finit pas de mourir.

Dans la tête de Scribe, c’est un vrai millefeuille. Des mains agitées et besogneuses trient les projets avortés, rangent les dossiers secrets dans des tiroirs quasi-inaccessibles avant d’en jeter la clé. Bouche cousue, yeux clos, Scribe s’abandonne contre le dossier du canapé orange. La chaleur du feu de bois l’enserre dans ses bras amoureux.

Tu es propre de nature. Tu es puissante. Tu réussis sans t’en rendre compte. Tu as beaucoup de talent et de passion. Tu ne demandes rien. Tes mots et tes courbes ont le goût de l’interdit. Si je peux t’aider à te changer les idées, don’t hesitate.

– J’ai toujours eu envie d’aller à Petra, de visiter les grottes qui entourent la baie de Ha Long, de contempler les racines qui dévorent les temples khmers de Angkor… Tu m’emmènes?

Je sais ton blues, je sais l’absence de l’autre qui s’éternise au point qu’elle te transforme le cerveau en permanente sans ammoniaque. Je sais le désir de la peau de l’autre qui vrille le ventre, s’insinue dans les pensées comme un serpent démoniaque. Je sais la frénésie de travail qui devient absolute partner.

– En fait, je suis une solitaire qui vit dans une grotte aux lumières tamisées. Rares sont les hommes qui s’aventurent à y pénétrer. Et là, je ne suis pas d’humeur à supporter d’être le jouet sexuel de ses heures de bureau. Façon de parler. Ou il m’annonce clairement la couleur ou je pars… Oui, emmène-moi en Asie, mon Lord anglais! On referait le monde des étoiles plein les yeux. Je t’écouterais religieusement me parler de ton Amoureuse. Peut-être que j’évoquerais Dam. Peut-être…

Pas de commentaire

Poster un commentaire