LA clé

La serrure de la porte est réparée. Il faudrait arriver à en jeter la clé. Oui mais, de quel côté ? La clenche de la porte est réparée. Il va falloir réapprendre à l’ouvrir et à la fermer. Oui mais à qui ?

Dehors, la terre n’a toujours pas dégelée. Scribe s’amuse à faire crisser ses pas sur l’herbe frisée par le froid. La fumée de sa cigarette se mélange à la vapeur de son haleine, mentholée. Scribe piétine ses idées noires dans le jour blanc. Et pan dans ta tête !

Sur l’asphalte, les voitures glissent au ralenti. Leurs conducteurs tirent la gueule. Leurs pots d’échappement crachent du purin clair. Ici, pas de métro, pas de boulot, pas de dodo. Les Hollandais les ont tous bouffés, là-bas, sur l’île, les dodos. A treize kilomètres de là, ils ont entièrement racheté le village de Bertheléville, les Hollandais. Ça caille sa mère, bon sang ! Scribe gigote sous son crâne, elle a la bougeotte qui tue. Surtout Scribe, elle en a marre d’être Scribe. La jeune femme jette un coup d’œil à droite, un autre à gauche, puis un derrière elle, un en haut, un en bas, finit par tirer la langue et tendre son majeur dans un geste qui aurait choqué sa grand-mère, son grand-père, son grand-oncle et sa grand-tante.

– Toi, l’auteur pas toujours à la hauteur, je déclare par les pouvoirs que je me suis conférés après m’être réunie avec mon Surmoi, mais c’est un vrai coup de mon Ça, ah ça c’est sûr, je déclare, dis-je, que je me prénomme… Zaubette. Ça sonne bien, Zaubette. Allez, tope-là ! Appelle-moi Zaubette pour le reste de l’épisode si t’es un homme ! T’es une femme ? Apporte-m’en la preuve ! Ah, ah ! Tu es sur le cul, là ! Restes-y ! Je vais te chanter une chanson. Une de celles que PM aimerait si j’étais capable d’en retrouver l’air pour la lui chanter a capella. Ecoute ! Cochons d’navets ! Ah ! ah ! ah ! Ah ! ah ! ah ! ah ! Mesdames, voilà l’navet ! Il y avait un marchand Qui vendait des navets Il les vendait si gros Si gros et si bien faits Il les vendait si gros Si gros et si bien faits Trois jeun’s filles qui passaient Les lui ont marchandés La plus jeune en pris un Le mit dans son corset Mais l’corset était large Et l’navet descendait Il descendit si bas Qu’il rencontre une forêt Et dans cette forêt S’trouvait un cabaret S’il voulait y rentrer Il ôtait son bonnet Et quand il en sortait De rage il en bavait Et quand il y r’tournait Tout raide il se r’mettait…

La pluie tombait en glace sur le sol. Zaubette regardait le siamois se la jouer à la Bambi. Il croisa son regard et lui sourit. Un chat qui sourit, on ne le voit qu’ici. C’était mercredi, jour de bibliothèque. Ce mercredi-là, Zaubette se munirait des deux petites clés de l’armoire vitrée, irait chez-sa-voisine-elle-croyait-qu’elle-y-était, quémanderait la clé de la salle-couloir et grimperait la rue qui y menait. En compagnie jacasse, Zaubette coterait des livres pendant deux heures. Pas plus. Au-delà, la jeune femme risquerait de péter un câble et quand Zaubette avait les fils qui se touchaient, mieux valait ne pas se trouver dans le secteur. Survoltée, elle devenait.

Mais là, ce qui ennuyait Zaubette, ce n’était pas tellement la route verglacée, – s’il fallait, elle irait en glissant à reculons sur son popotin -, non, c’était LA clé ! Où était passée LA clé de la porte d’entrée. Enfermée à l’intérieur, qu’elle était, la Zaubette ! Tant pis, elle passerait par la fenêtre qui resterait ouverte. Tant pis ! Tant pis ! Tant pis !

– Hep, l’auteur! T’es rayé(e)? Au prochain épisode, je t’autorise à me redonner du Scribe. J’aime encore assez ce prénom en rapport avec l’hôtel du même nom. Ça me rappelle de forts jolis instants, cet hôtel. Ah et aussi, pendant que j’y pense, Paname et ses trottoirs agités me manquent. Ici, il ne passe que la Vieille et son chien. Ou Ginette qui va nourrir les bêêêtes, ces moutons-dans-son-pré, quoi! Bon, y a aussi les p’tits oiseaux d’hiver et va l’été, la boulangère qui dépose le pain sur le rebord de la fenêtre, le facteur qui distribue ou emporte le courrier, l’instituteuree qui râle après les réformes, le fils du comte qui donne des fêtes pour ses amis au château, les fouilles archéologiques qui ont cessé, les mômes qui jettent du pain aux canards par-dessus le parapet du pont, le lavoir du bas qui jalouse le lavoir du haut, le temps qui trépasse lentement au rythme des cloches qui égrènent les heures…

Pas de commentaire

Poster un commentaire