D’entre mes lèvres

Elle abandonne au creux des draps les bribes d’un rêve idiot : animatrice d’une émission téléréalité dont le concept était de découvrir l’intrus, une truite s’enfuyait par le siphon de l’évier de la cuisine alors qu’elle devait accueillir les arrivants, beaux et glamour comme il se doit. L’homme à ses côtés n’avait pas levé le petit doigt. Le temps qu’elle attrape le torchon pour se saisir de la queue gluante du poisson, la truite s’était enfuie. Saurait-il déboucher des tuyaux, ce con ?
Scribe pose les pieds au sol et titube jusqu’à la fenêtre. Les volets poussés violemment par le vent claquent contre le mur. La neige a disparu et la pluie fait rage. Dam est déjà parti. Dans le miroir, ses yeux cherchent les traces explicites de son passage. Rien. La jeune femme se dirige vers la salle de bain, tourne le bouton du mitigeur et se glisse sous l’eau chaude. Dans une heure, elle a rendez-vous.

D’un geste sec, il abaisse légèrement son shorty en dentelle bordeaux. L’homme lui soulève un bras et le remonte par au-dessus de sa tête. Il recommence le même geste avec son autre bras. Heureusement que je n’en ai que deux, sinon, ça durerait des heures cette histoire !
Sur la table, Scribe est assise, jambes pendantes et dos rond. Elle l’écoute vaguement lui raconter des sornettes. Il cherche à détendre l’atmosphère, sans aucun doute. Derrière elle, elle le sent s’agiter. Le liquide coule le long de sa raie et soudain, la piqûre lui couple le souffle.

– Ça va?

Ça va, ça va, je n’en sais rien ! La douleur se diffuse lentement en sourdine. Scribe se sent partir. Elle s’accroche aux images de la veille. Dam était très en colère. Baiser avec un fauve qui… c’était…

– Ça va?
– Je… Oui.
– Ça va?

Des gouttelettes de sueur se forment sur sa lèvre supérieure. Elle a chaud. Elle a froid. Elle n’ose surtout pas bouger d’un millimètre.

– Voilà. C’est terminé. Vous êtes sûre que ça va?

Putain ! Il commence sérieusement à m’énerver là. L’aiguille retirée d’entre ses vertèbres, Scribe saute à pieds joints sur la moquette. Lentement, elle se rhabille pendant que le rhumatologue retourne derrière son bureau. Il prescrit d’autres médicaments. Des nouveaux, enfin, des qui avaient été retirés du commerce et qui sont revenus dans la course. Il ajoute des cachets censés protégés son estomac. La jeune journaliste pose une question. Pendant qu’il expose longuement sa réponse, Scribe croise les jambes, pose son avant-bras sur l’accoudoir du fauteuil et sa tête sur son index déplié, son menton bloqué sur son pouce et son majeur, elle tente de faire fuir cette douleur lancinante en respirant très lentement et plonge ses yeux dans ceux bleu océan de son vis-à-vis.

Dam l’avait plaquée dos au mur. Son souffle contre sa bouche, il lui pinçait un téton. Elle avait gémit avant d’enrouler ses jambes autour de sa taille. Ils avaient valdingué dans la pièce et atterri contre le fauteuil rouge. Dam l’avait pénétrée par derrière, debout, sa main enserrant sa gorge. Scribe avait joui une première fois avant de le pousser sur le lit.

Ses lèvres s’étaient écrasées sur sa bouche pulpeuse pour s’enfuir à l’assaut de son corps. Elle adorait le sucer longuement et sentir ses doigts se crisper dans ses cheveux. Leurs yeux se croisaient et se parlaient alors avec une telle intensité qu’elle en perdait souvent le souffle. Puis, à califourchon sur lui, elle lui avait attaché les poignets aux montants de la tête de lit. Scribe avait senti sa légère appréhension. Lui qui baissait difficilement sa garde, osait s’abandonner encore un peu plus. Penchée à son oreille, son bassin dansant impitoyablement autour de sa queue, elle avait murmuré : « Je n’ai pas encore de pic à glace. » Quand sa langue s’était enfoncée dans sa bouche, Dam l’avait mordue. Ses ongles avaient alors déchiré sa peau dans de longues zébrures qui partaient des ses flancs et terminaient sur sa poitrine. Ils avaient joui en hurlant.

– On se revoit dans un mois. Vous venez avec vos résultats.
– OK.

La secrétaire est débordée mais souriante. Elles évoquent le salon du livre en riant. Scribe rejoint sa voiture sous la pluie. Elle sourit aux jeunes slaves qui cherchent à lui vendre un journal gratuit et se glisse dans l’habitacle de son véhicule. Charlie Winston commence son show. Il faudra qu’elle surveille les dates de ses concerts.

Le ballet des essuie-glaces est assommant. Quand elle change de département, une tempête de neige succède à la pluie. Devant elle, un doublot bleu électrique ralentit grandement sa course. Et pendant que tu y es, tu ne veux pas t’arrêter ?
Des arbres aux branches nues sont au garde à vous de chaque côté de la route, la silhouette d’un poids-lourd se dessine au loin, derrière l’écran blanc et mouvant. Scribe abaisse le clignotant et accélère en douceur. Les pneus accrochent la moquette moelleuse, s’encastrent dans les traces laissées par d’autres. La jeune femme ne cherche pas à deviner qui se cramponne au volant de cet escargot, homme ou femme, elle s’en tamponne. Elle double et continue d’avancer sur la file de gauche jusqu’à ce que le chauffeur routier lui envoie des appels de phares furieux. Encore, encore, encore…

Il est heureux que je ne sois pas armée certaines fois. Je n’ai pas non plus donné de coups de volant intempestifs pour la pousser au fossé. Pendant quelques nano secondes, je me suis demandé ce que je ressentirais en m’écrasant contre un camion.
J’ai faim de toi. Notre complicité si évidente m’effraye souvent et pourtant j’en redemande. Je n’en ai pas terminé avec toi. Au contraire.
Sur mon bureau, les pages de mon cahier Clairefontaine se couvrent de mon écriture. Je rature. Je renvoie avec des flèches. Je gribouille des zigouigouis idiots. Leur histoire se dessine. Peut-être que je te la ferai lire un jour prochain. Peut-être. Là, de suite, j’ai l’envie violente de te plaquer au mur, mon souffle contre tes lèvres. Et si tu me réponds « cela te coûtera cher », je sourirai avant de t’asséner un « approche un peu ta jolie bouche à pipes et ton joli cul. Lequel de nous deux craquera en premier ? »

Pas de commentaire

Poster un commentaire