Infréquentable, Bénabar ?

Si Bénabar a gardé dans son dernier album ses thèmes de prédilection (les copains, les filles, l’amour), il mord un peu plus profondément celles et ceux qu’ils croquent. Pour autant, est-il vraiment devenu Infréquentable ou voudrait-il qu’on croie qu’il l’est [enfin] devenu ?

« Le papillon s’envole Le papillon s’envole Tout bat de l’aile » (L’effet papillon) et Bénabar est toujours là. Un peu moins de fanfare derrière lui, un tempo plus jazzy et toujours des mots qui touchent, c’est le phénomène Bénabar.

Est-ce parce qu’il est aussi scénariste que ces chansons sont aussi bien ficelées ? Peut-être. A moins que ce ne soit son envie de laisser une trace de son passage sur Terre : « Malgré tout J’aimerais qu’on se souvienne de nous » (Malgré tout).

Quoi qu’il en soit, je pourrais vous donner les noms de quelques personnes (y compris le mien) que je reconnais dans Tout vu, tout lu ou dans Pas du tout ou encore Les reflets verts et mieux, dans Si j’avais su « Si j’avais su que tu m’prendrais pour un idiot J’aurais moins fait l’imbécile, je l’ai fait beaucoup trop » et dans Où t’étais passé ? « Tu le connais à peine Et tout nouveau, tout beau Je te fais pas de scène Qu’est-ce que tu trouves à ce blaireau ? ».

Ma préférée dans l’album reste Infréquentable : « Combien de fois faut qu’j’le répète Moi, l’impatient compulsif Je t’aime bordel, c’est clair et net Je suis grossier et agressif Monomaniaque obsessionnel Il n’y a qu’à toi que je pense Je suis flatteur professionnel « T’es belle, gentille et pis t’es douce » J’ai pas d’parole, je suis parjure J’avais déjà dit à une autre Que c’est elle que j’aimerais toujours Je suis un menteur, j’ai même pas honte ! »

Infréquentable, c’est noir. Infréquentable, c’est un autre Bénabar. Enfin un artiste qui ose se bousculer et nous bousculer !

Bénabar en tournée :

16 mars :         Paris / Zénith – Dernières places !

                        (Première partie : Saule)

17 mars :         Paris / Zénith – Dernières places !

                        (Première partie : Travis Bürki)

 

Infréquentable, Bénabar, Sony

Site officiel de Bénabar 

1 Comment
  • Lunaba

    mars 10, 2009 at 1:55 Répondre

    J’aime les failles, les ombres et la lumière qui s’en dégage 🙂
    des instantanés de vie qui me touchent toujours, comme des battements de veines et le tic tac incessant de la vie qui roule….

Poster un commentaire