La légende JJ Cale est de retour !

« Je me souviens quand j’ai sorti mon premier album, Naturally (1972), j’avais 32 ou 33 ans et je me trouvais déjà beaucoup trop vieux » dit Cale en riant. « Quand je me vois faire ça à 70 ans, je fais « Qu’est-ce que je fais ? Je devrais être allongé dans un hamac. ». » Et puis quoi encore, monsieur JJ Cale ?

Photographie de Jane Richey

Photographie de Jane Richey

JJ Cale est guitariste, chanteur, auteur, musicien multi-instrumentiste, producteur artistique et ingénieur du son. Il baigne dans la musique depuis cinquante ans. Roll On est son seizième album. Les contemporains de Cale et les critiques s’entendent pour classer JJ Cale parmi les légendes du rock & roll, ses fans connaissent ses chansons sans connaître son nom. Lui, ça ne le gêne pas. « Ce qui est vraiment sympa c’est quand tu trouves un chèque dans ta boîte aux lettres. » rit-il.

Ce créateur mythique est-il capable encore d’innover ? OUI ! Il suffit d’entendre Who knew, le premier scat de jazz de Cale, habituellement JJ scate dans son bain, puis Former me, un morceau de jazz où sa voix douce rebondit sur le son du piano. Et tout l’album est ainsi : (d)étonnant.

Si quelques chansons sont enregistrées à Tulsa avec de vieux amis, la plupart sont bidouillées par Cale lui-même. Sur ce CD, Cale joue de la guitare, de la pedal steel, de la basse, de la batterie, des claviers, il chante, fait des chœurs, harmonise sa voix. Il est aussi le producteur artistique et l’ingénieur du son. Bref, Cale crée sa musique avec passion et cela se sent et se ressent. Rythme boogie de la guitare, influences manifestes de blues, de country, de rockabilly et de jazz, Roll On est un album qu’on dirait relié au cosmos, à l’univers.

En enregistrant After Midnight de Cale en 1970, Eric Clapton a contribué à le faire connaître. Ensuite, Clapton a chanté Cocaine et I’ll Make Love to You Anytime. Aujourd’hui, dans cet album éponyme, c’est la chanson Roll On.

Quand on sait combien d’artistes aussi divers que Santana, The Allman Brothers, Johnny Cash, The Band, Chet Atkins, Freddie King, Maria Muldaur, Captain Beffheart et Lynyrd Skynyrd (Call Me The Breeze) ont repris de ses chansons, que certains artistes de référence tels que Neil Young, Mark Knopfler ou encore Bryan Ferry le citent comme une influence majeure, il est plus qu’agréable de l’entendre raconter que « la notoriété te gonfle l’ego au point que tu commences à croire à tes propres conneries. »

Et il est peut-être là, le secret de la fraîcheur et de l’inventivité de ce grand parmi les grands : rester modeste, rester à bonne distance de l’industrie du disque et ne pas rechercher la lumières des projecteurs, garder son équilibre et rester concentré sur le plus important : la musique.

Ecouter l’album Roll On de JJ Cale, c’est entrer en conversation avec les Dieux. Cale prouve encore une fois qu’on peut prendre de l’âge et rester dans le coup, le tout avec grâce. Il est le seul à réussir cette prouesse et c’est tant mieux !

Morceaux élus :
Who Knew
Former Me
Strange Days
Fonda-Lina
Roll On

Roll On, JJ Cale, Because

Site officiel de JJ Cale 

Pas de commentaire

Poster un commentaire