You are so beautiful

Est-ce la Nature éclatante ou le soleil brillant ? Scribe se trimbale un blues sonnant et trébuchant. Dans sa tête, les mots tourbillonnent comme des papillons blancs. Ou des abeilles sans Gaucho. Impossible d’écrire. Impossible de lire.

Elle voudrait prendre Dam dans ses bras mais il cuve sa douleur et elle s’enivre de la sienne propre. Et sale aussi. Alors, elle sort. Et dans sa main, le sécateur frétille, la binette se dandine. Les cerisiers explosent de fleurs opales, les cassissiers ondulent leurs grappes en priant pour qu’il ne gèle pas. Des mésanges bécotent les chatons des bouleaux. Mais où est donc le chat ?

Cerisier en fleurs

Cerisier en fleurs

Deux heures plus tard, Scribe respire mieux. Elle aura découvert plusieurs pousses d’aubépine rouge que le hasard aura semées là, comme ce minuscule if d’ailleurs. Les phygelius capensis découvrent leurs nouvelles feuilles vert sombre et pour un peu, dans son élan à arracher les mauvaises herbes, la jeune femme aurait détruit son fuchsia rose et blanc. La pivoine rouge est déjà en bouton alors que la rose pointe seulement son feuillage encore rouge bordeaux. Et Scribe voudrait des fougères. Un tapis de fougères. Un sous-bois et ses odeurs magiques. Mais surtout, Scribe aimerait chanter tout doucement contre sa peau mâle : « *You are so beautiful to me Can’t you see You’re everything I hoped for You’re every, everything I need  You are so beautiful to me ». Elle enverra juste moi vouloir aimer toi.

*Joe Cocker

Pas de commentaire

Poster un commentaire