Geisha

La nuit noire possède la ville. Ils marchent en silence, côte à côte, chacun plongé dans ses pensées. De ci, de là, les lampadaires laissent des mares jaunes pâles sur le macadam. C’est dans un coin sombre, devant une tour immense aux murs miroirs, que Dam annonce la couleur.
– Tu sais, tu peux jouer et jouir avec Lou ça ne m’empêchera pas de te désirer et de te posséder.
– Je sais.
– Raconte-moi…
– Te dire plus que ce que tu peux lire ici ? … Il a le don d’accentuer mon côté mâle.
– Alors il y a un mâle de trop ce soir.
Scribe sourit.
– Non. Même si j’adorerais tester mon côté masculin avec toi.
– J’aimerais assez vous observer toi et Lou, assis dans un fauteuil en sirotant un verre. Ou toi avec une très jolie shemale. Ce serait excitant.
– Tu peux toujours m’en offrir une.
A son tour, Dam sourit. Scribe enchaîne.
– J’entends.
– Que je bande dans mon jeans ?
– Que tu as envie de moi comme j’ai envie de toi. Approche! J’ai des choses à te murmurer à l’oreille.
Scribe a reculé et s’est appuyée contre la façade noire et brillante. Dam lui fait face, sa bouche tout contre la sienne, ses mains emprisonnant les poignets de sa compagne à hauteur de visage. Il la fixe avant de l’embrasser. De longues minutes s’écoulent avant qu’elle ne susurre des mots qu’il n’écoute pas vraiment. D’ailleurs, son débit de paroles est devenu saccadé, comme si sa pudeur se battait contre son impudeur. Son amant reprend pleinement possession de son corps et ils aiment ça.
Maintenant, les lèvres et les seins de Scribe sont contre le froid des vitres sombres. Des ah s’échappent de sa bouche formant à chaque fois un hoquet de buée chaude contre la paroi glacée. Les coups de reins de Dam sont lents et profonds. Leurs bouches s’unissent à nouveau. Il sait. Il sent. Alors sa main se referme sur la gorge de Scribe qui jouit dans un feulement rauque. Cramponnant ses hanches, il la rejoint aussitôt.
Quelque temps plus tard, la jeune femme lui propose une clope. Elle adore le voir fumer. Si sensuel. Si sexuel.
– J’aime repartir avec ton odeur partout sur moi.
Scribe ne répond pas.
– J’aime te baiser que tu le veuilles ou non.
Scribe ne répond toujours pas. Dans la nuit, tous les deux sourient. Et puis :
– Geisha. C’est une histoire qui fout les boules ou l’empire de l’un des sens ?
– Toi et ton esprit en escalier… Tu l’aimes ?
– Et toi, tu m’aimes ?

Pas de commentaire

Poster un commentaire