Histoire de Lou

Tout en marchant dans les rues de Paris, Scribe se demande de quand date leur premier rendez-vous. Une heure ? Un siècle ? Ses talons claquent les trottoirs qui s’éveillent. Il est cinq heures. Scribe s’émerveille. De tout. De rien. Des minutes à venir. D’un pigeon qui s’envole. D’un rayon de soleil qui lui chatouille les cheveux. Le regard planqué derrière ses lunettes noires, elle reluque son reflet dans une vitrine. Silhouette mince perchée sur des talons hauts, un jeans blanc, un tee-shirt épousant ses seins. Parfaite. Elle saisit son portable et appelle.

– Lou… Prépare-toi. J’arrive.

Scribe raccroche sans attendre de réponse. Il lui reste dix minutes pour arriver à la suite. En passant, elle jette la Contrex vide dans la poubelle. Deux litres bus à même la bouteille. Si avec toute cette eau, elle ne réussit pas à pisser !

D’un pas autoritaire, elle entre dans le hall de l’hôtel. Son bonjour jeté comme une balle de tennis en pleine gueule laisse le concierge sur le cul. Scribe allonge le pas sans qu’il ne trouve rien à redire. Elle connaît le numéro de l’étage. La porte doit être entrouverte. Encore quelques marches et… Dieux !

Lou… A quatre pattes sur le lit, face à l’entrée, la belle est occupée à sucer copieusement une queue. Subjuguée par le spectacle, Scribe reste interdite quelques secondes sur le pas de la porte. Elle adore ce qu’elle voit. A s’en pourlécher les lèvres. Qui est ce bel homme au superbe phallus ? Scribe s’en moque. Ce qui l’intéresse, ce sont les yeux de Lou. Elle s’approche. L’inconnu sursaute légèrement. Aucune importance. D’un geste ferme, Scribe tire sur les cheveux de sa Julie. Ce qu’elle peut aimer ce que lui dit son regard. D’un geste de la tête, elle chasse l’homme après qu’il ait éjaculé. D’un autre plus appuyé, la jeune femme ordonne à Lou de se diriger vers la salle de bains. Scribe balance son jeans dans un coin.

Julie Lou est à genoux, bouche ouverte. Elle attend. Pas longtemps. Deux litres, ça vous transformerait la Joconde en fontaine de Trévise. La pisse dorée gicle sur sa langue, ses lèvres, son menton. Ça dégouline. Ça dégouline. Scribe se vide au-dessus de Lou qui prend sa douche, maintenant allongée sur le dos. Leurs yeux se croisent. Sans un mot, sa maîtresse se redresse et pose ses lèvres tout contre sa fente. Elle boit les dernières gouttes. Histoire sans paroles.

Dans la chambre, l’homme est parti. Un autre jour, peut-être, Scribe offrira le cul de Lou à un beau mâle tel que celui-ci. Elle adorerait mater de près ses yeux fous, avaler les feulements de sa petite pute à même sa bouche pendant qu’un amant de passage l’enculerait de longs et lents va-et-vient. Lou aimerait cela aussi. Mais rien ne presse. Rien n’est obligatoire. C’est une règle entre eux deux. Une histoire sans histoire. Un joli pas de danse. Une jubilation sexuelle. Une extase de papillons aux milles couleurs.

Pas de commentaire

Poster un commentaire