Je suis ta gonzesse, ton jouet

 

Toute la nuit, Scribe avait rêvé de son cul de déesse. Au petit matin, il ne restait rien de ces envolées chimériques. Ça ne l’affolait pas. Pas du tout même. Elle savait que Julie était là, quelque part. De temps en temps, cette beauté surgissait sans prévenir et réclamait d’être baisée comme une chienne lubrique et puis, elle disparaissait à nouveau. Ailleurs.

Avec Dam, tout était différent. De loin, certains auraient pu dire qu’ils étaient une version moderne du couple Valmont/Merteuil. Encore aurait-il fallu qu’ils soient au courant de leur complicité si spéciale. D’autres les auraient décrits autrement. Scribe n’expliquait pas leur relation. Elle était, c’est tout. Comme était sa relation shamanique avec Julie. Quand l’Homme à la lampe devenait Julie. Inexplicable. Hors norme.
Scribe la solitaire vivait en observant ses congénères de loin et en aimant ses deux amants. En profondeur.

– Tu te dois d’identifier tes réelles envies. Quand il revient vers toi, à quoi penses-tu?
Scribe avait regardé Dam droit dans les yeux.
– A me venger. J’aimerais beaucoup qu’il m’attende dans une chambre la queue battante, qu’il s’impatiente à grands coups de sms inquiets.
– Intéressant. Et puis ?
– Rien. Il aurait d’abord droit à mon silence méprisant.
Le Disquaire était revenu rôdé dans les parages alors qu’elle se trouvait encore au pays des cigales. Il avait soi-disant changé. « Et ta mère ? »

Le vent souffle la bouche ouverte ce matin mais Scribe n’a pas froid. 13°. Normal, quoi. L’album de The DØ booste son lecteur CD, le compteur indique 120 km/h et elle n’est pas sur l’autoroute. Loin devant, une bestiole traverse la route. Une souris. Bien grasse.
La laborantine blague. Scribe tend le bras et serre le poing. Plusieurs tubes se remplissent à la vitesse rouge. Un bonne journée plus tard, la journaliste est à nouveau dans sa voiture.
C’est dingue quand même ! Ce Lenteric… Est-ce que… Est-ce qu’en me lisant, Dam ressent la même chose ? L’écriture de Lenteric ressemble à la mienne. C’est le rythme. Oui, c’est ça, il a choisi le même rythme. Enfin moi. Sauf que je ne pouvais pas le savoir avant de l’avoir lu. Dam ne m’a rien dit. J’ai envie d’Italie. Et de Julie Lou. J’ai envie de Dam. Et de l’Homme. Et d’un thé. D’abord l’article sur M. et après, j’écris. « Tu es les deux sexes… » Mais toi aussi, amour, tu es les deux sexes. Et quand tu me répètes « Je suis ta gonzesse, ton jouet », je bande.

Pas de commentaire

Poster un commentaire