La Côte d’Azur vue du sexe de Faustine Sappa et Bertrand Roussel

 

La Côte d’Azur jouit encore et toujours d’une réputation sulfureuse : à elle le soleil, la plage, la nudité, les starlettes aguicheuses, les fêtes d’Eddy Barclay. Des sujets qui collent comme une seconde peau au sujet de ce livre, La Côte d’Azur vue du sexe de Faustine Sappa et Bertrand Roussel.

Sous la forme d’un abécédaire illustré de dessins inédits de Patrick Moya, cet ouvrage propose la visite de la région par le prisme de sa sexualité. Enrichi de nombreux témoignages d’anonymes, il comporte aussi les témoignages de personnalités connues tels que ceux d’Eve Ruggieri, Eric Zemmour, Axelle Parker ou encore Eric de Montgolfier. La Côte d’Azur vue du sexe est aussi et avant tout un carnet d’adresses coquines.

Ainsi, le simple touriste comme le voyageur averti pourra y trouver de nouvelles pistes d’explorations sensuelles et érotiques. Et comme cette année le 14 février tombe un dimanche, pourquoi ne pas acheter ce petit livre avant de descendre sur la Côte d’Azur pour le week-end, le temps de s’offrir des câlins coquins hors des sentiers battus ?

Extraits :

A comme… Amour.
Finalement, l’amour, ce n’est pas si compliqué : plus on fait l’amour, plus on jouit, et plus on jouit, plus on aime !

L’origine du klaxon dans les mariages
C’est le 17 août 1951 que Sidney Bechet, célèbre clarinettiste et saxophoniste de jazz américain, épouse, à Antibes, Elisabet Ziegler. Prête à accueillir les mariés à la sortie de la mairie, une armée de musiciens postés dans des voitures américaines se mettent à jouer de leur instrument et à klaxonner pour les saluer.

B comme… Baiser
En bon préliminaire amoureux, le baiser met l’eau à la bouche. Cette dernière est l’une des parties du corps les plus innervées. Lors d’un baiser long et profond, une multitude de récepteurs sensoriels sont en alerte. En mettant ainsi en jeu le goût, le toucher et l’odorat, il peut devenir fortement érotique, voire carrément affolant ! Tellement fort parfois qu’il peut se suffire à lui-même. Mais s’il y a des baisers sans coït, l’inverse est moins évident. A part peut-être pour les prostituées. Le fameux « J’embrasse pas ».

Baiser Fanny

Dans tous les clos de boulistes de la région, on trouve une Fanny, petite représentation d’une jeune fille aux fesses dénudées. Les plus célèbres en sont celles de la place des Lices à Saint-Tropez et celle du Café de la Place à Saint-Paul, sculptée par César. Lors d’une défaite cuisante (13 à 0), la coutume veut que l’équipe perdante embrasse les fesses de la Fanny !

P comme… Prostitution
Témoignage
Dann Chevalier, 38 ans, escort boy entre Monaco et Toulouse

« Je suis plus psychologue que gigolo ! »

Si Dann a connu ses premières expériences d’escort à Nice lorsqu’il avait une vingtaine d’années, il n’a repris cette activité qu’il y a peu. A l’époque, il plaisait à sa loueuse, sa voisine puis leurs amies… et a fini par se faire rémunérer pour ses services. Aujourd’hui, son métier de concepteur Web ne lui permet pas de vivre confortablement. « Divorcé, avec deux enfants, je cherchais un moyen d’arrondir mes fins de mois, raconte-t-il. J’ai commencé à créer des sites Web pour des escort girls, et j’en suis venu à développer le mien. » Mais Dann a vite réalisé que le sexe ne l’intéressait pas. « Ce qui me plaît, c’est surtout les jeux de séduction, la complicité qui se crée avec la cliente, et ce, même si au final, il n’y a pas de sexe. » Ce qui arrive souvent. « Les nanas se confient à moi, je leur sers de thérapeute ! Et certaines d’entre elles sont devenues des amies. » Les clientes de Dann ? Une femme de 40 ans, en couple, avec des enfants, qui a perdu sa libido en chemin. « Mon objectif est de les aider à mettre le doigt sur les problèmes de leur couple. » Et peut-être aussi à redécouvrir les plaisirs que peut leur offrir leur corps. Dann a aussi ses régulières, comme cette femme qui voulait d’abord être accompagnée pour une soirée, puis qui a demandé ses services pour un coup entre midi et deux, une fois par mois. Et, preuve que Dann est un gentleman, sa politique tarifaire tient compte du fait que les femmes mettent parfois du temps à décoller : 70 euros la première heure, puis 30 la deuxième…

S comme… Sodomie

Ne jamais mettre la pression. C’est le maître mot d’une vie sexuelle épanouie dans le respect de soi et de l’autre. Notamment en ce qui concerne la sodomie. Pour Nathalie Giraud, fondatrice de Piment Rose, boutique en ligne d’accessoires coquins et organisateur de soirées sextoys sur la Côte d’Azur, aucune pensée moralisante n’est de mise : ni malfaisante ni bienfaisante, du genre « si je ne le fais pas, je ne suis pas normale ». La seule chose à faire : suivre son instinct. « La sodomie peut s’inscrire dans la progression logique d’une relation à deux, souligne-t-elle. Mais elle peut aussi trouver sa place dans une relation d’un soir, dans laquelle on a moins peur du jugement de l’autre et où l’on peut donc davantage se lâcher. » Jusqu’à la prostate, le sphincter est fait sur le même moule, que l’on soit homme ou femme. L’anus n’est pas naturellement lubrifié mais arrive à le devenir sous l’excitation sexuelle. On peut alors « mouiller du cul », selon les mots de Nathalie Giraud. Si la sodomie est un cadeau que l’on fait à son partenaire, pourquoi ne pourrait-il pas être réciproque ? « Une femme peut tout à fait dire à son homme : Si moi je le fais, pourquoi pas toi ? » analyse Nathalie Giraud. Pourquoi se donner rendrait l’homme moins viril ? » Pour cette spécialiste, la virilité, c’est aussi savoir être à l’écoute de ses sensations. Il est connu et reconnu qu’un massage de la prostate favorise un orgasme plus fort, plus intense, et, surtout, interne. Alors, pour quelle raison se priver de ce plaisir ? « La sodomie fait partie d’une découverte mutuelle des corps. Les femmes aussi peuvent avoir un orgasme anal. Les caresses autour de cette zone sollicitent les centres énergétiques situés au-dessus du sacrum. La stimulation simultanée d’autres zones érogènes permet d’intensifier encore le plaisir. »

La Côte d’Azur vue du sexe, Faustine Sappa et Bertrand Roussel, Editions Gilette nice-matin

Pas de commentaire

Poster un commentaire