RÉDEMPTION d’Amanda COETZEE : TRAVELLERS et ROAD-MOVIE

Amanda COETZEE est sud-africaine. Rédemption est son deuxième roman.

Résumé

Harry O’Connor officier de police londonien panse ses blessures dans sa famille des gens du voyage, des Travellers. Il a tué son père qui était un tueur en série et sauvé le jeune garçon qu’il tentait d’assassiner.
Son amie, Emily Meadows, l’appelle au secours. Elle aimerait qu’il se rende en Albanie pour ramener une mère et sa fille.

Extrait

Eté 1986
Londres, Angleterre

Beth se réveilla dans l’obscurité avec le goût pâteux des produits chimiques sur la langue, l’empêchant de déglutir. Cependant, elle persévéra et finit par produire assez de salive pour humecter ses lèvres. Son corps, celui d’une jeune fille de quatorze ans, était douloureux comme celui d’une vieille femme, et lorsqu’elle se frotta les bras, elle remarqua des bleus qui n’existaient pas la veille. Elle regarda autour d’elle, mais la pièce et son contenu lui restaient obstinément inconnus. Les jambes tremblantes, elle se leva avec lenteur et fit courir ses doigts dans ses cheveux défaits. Elle se sentait comme un cadavre et n’avait pas besoin de glace pour savoir qu’elle devait avoir l’air encore pire.
Elle remarqua pour la première fois qu’elle était nue ; merde, combien avait-elle bu et fumé au juste hier soir ? Instinctivement, elle se couvrit d’abord avec les mains, puis en relevant et drapant la fine couverture autour d’elle. Elle fronça le nez avec dégoût ; la toile puait la sueur, et pire – pile ce dont elle avait besoin avec un estomac déjà en vrac. Elle chercha ses vêtements des yeux mais ils avaient disparu, tout comme son sac qu’elle souvenait vaguement de porter.
Fait chier.
Elle prit une profonde inspiration et se força à rester calme ; une partie des évènements de la soirée refit surface et elle se rappela subitement le nom de la femme qui l’avait hébergée la nuit dernière, Tamara. Elle essaya de recoiffer sa frange et de rire du bordel qu’était devenue sa fugue à Londres. Ça ferait une super histoire à raconter à ses potes lorsqu’elle serait de retour à Bedford. Si elle n’était pas punie pendant les trente prochaines années.
Elle traversa la pièce jusqu’à la porte en vacillant, déterminée à se donner une contenance avant d’affronter la femme plus âgée rencontrée dans le train la veille. La poignée de la porte était poisseuse et elle la tourna du bout des doigts ; comment avait-elle fait pour ne pas voir à quel point tout était sale hier soir ?
La porte résista, émit un grincement et finit par s’ouvrir sur un gros homme d’âge moyen en slip sur le canapé.
–          Pas trop tôt.
Beth le regarda avec confusion puis horreur, avant de vider le contenu solide de son estomac sur la moquette déjà tachée.
D’une certaine façon – avant même que la baleine bouffie ne se lève en rugissant pour lui assener des coups sur la tête – elle savait qu’elle s’était mise dans un gros pétrin. Elle frissonna et prit conscience de la douleur alors qu’elle tombait, son bras formant un angle inhabituel lorsqu’elle atterrit sur le sol. Mais ce n’était qu’un bruit de fond comparé au hurlement dans son crâne. La couverture lui fut arrachée et elle se retrouva tirée par les cheveux sur le canapé, l’autre main comme une bidoche la frappant à coups répétés sur la tête et le visage.
–          Tu me nettoieras ça plus tard, petite salope, mais d’abord, je vais te donner une bonne leçon.
Il la fit basculer et lui enfouit le visage dans un coussin avec tant de force qu’elle crut qu’elle ne pourrait plus jamais respirer.
En y repensant, elle souhaita que tel ait été le cas.

Mon avis

Une autre vision des Travellers et des personnes qui rêvent d’un monde meilleur, dure et passionnante. Tout n’est pas blanc ou noir pourrait résumer ce roman à la belle écriture.
Un bon moment de lecture.

Rédemption, Amanda Coetzee, éditions Toucan 320 pages 20 €
Traduction de Yoko Lacour
Pensez à acheter vos livres dans une librairie

Pas de commentaire

Poster un commentaire